Flash

BAN2

 

Après une première marche réprimée, une deuxième est en gestation. Tenez !  La coalition Lamuka du tandem Muzito-Fayulu ne compte pas baisser les bras, surtout pas après les bavures policières subies lors de leur dernière manifestation étouffée dans les rues de Kinshasa. C’est d’un front uni que le ‘’Président élu’’ et son compagnon du Nouvel élan, remontent sur le podium pour annoncer une nouvelle marche prévue en date du 29 septembre 2021. Ce qui s’annonce comme un coup de pression à l’endroit du pouvoir en place, n’est rien d’autre qu’un véritable test pour le duo sur leur capacité à mobiliser, mieux, de galvaniser la masse pour leur compte dans ce combat. Les trois derniers mois de l’année en cours promettent d’être fortement agités et déterminants pour cette coalition qui, d’après maints observateurs, serait en perte de vitesse depuis le départ, illico presto, de Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi qui avaient  saisi la main tendue de Félix Tshisekedi, en vue de former l’Union sacrée de la Nation.

Loin s’en faut, quoi que l’on puisse dire, quoi que l’on puisse faire, il va sans dire que les enjeux restent de taille à l’hémicycle du palais du peuple où une motion de censure serait suspendue, telle l’épée de Damoclès, sur la tête de Mboso N’kodia désavoué par une frange de Députés. Puisque le calendrier de matières à traiter pour la présente session essentiellement budgétaire aura été déjà adopté, ainsi, les propositions de lois importantes basées notamment, sur les grandes réformes doivent au plus vite, être examinées, principalement la problématique de l’entérinement du successeur de Corneille Nangaa à la tête de la centrale électorale.

Du côté de Lamuka,  puisqu’une nouvelle marche se profile à l’horizon, les objectifs restent les mêmes : continuer de faire pression sur l’ensemble de la classe politique et principalement les dirigeants actuels afin d’obtenir un véritable consensus autour des reformes électorales et institutionnelles, et ce, dans la perspective de la réalisation d’un processus électoral apaisé et qui reflète une totale transparence. Les politiques arriveront-ils à un compromis ? Eh bien, en politique tout est possible. Le prochain rendez-vous étant fixé, les partisans de différentes villes répondront-ils une fois de plus présent à cet appel ? La question de sécurité et de liberté d’expression sera-t-elle de mise ? Cette nouvelle date augure-t-elle quelque chose de bon ? Autant de questions se posent et le coup de pression s’intensifie.

La Pros.

Pin It

Les plus lus