Flash

BAN2

 

Tous les regards des congolais étaient rivés ce mardi, à l’esplanade de palais du peuple, où l’Archevêque Emérite de Kinshasa, Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, a eu droit à des hommages bien mérités de toute une nation. A cet effet, tout aura été au rendez-vous. Tout. De l’arrestation des faux prêtres catholiques, en passant par la décoration à titre posthume du défunt au titre de Grand Cordon dans l’Ordre national Lumumba-Kabila, jusqu’à l’homélie acérée telle un couteau à double tranchant prononcée par Fridolin Ambongo Besungu, tout y était. Quoi de plus normal pour les autorités du pays, principalement le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi qui était présent, de se sentir juste un tout petit peu viser. «La vérité blesse», dit-on. En tout cas, Fridolin Ambongo, « c'est Laurent Monsengwo en plus jeune et en plus intransigeant » comme  disait un responsable de la Curie au Vatican qui l'a longtemps côtoyé, n’est pas allé sur le dos de la cuillère. Fermeté et autorité, face à l’injustice, il ne pourra, sans aucun doute,  jamais se taire pour dénoncer haut ce que ses compatriotes murmurent très bas, comme ce fut le cas à son temps de…Monseigneur Monsengwo Pasinya d’heureuse mémoire.

Il appert qu’honorer la mémoire du Cardinal Laurent Monsengwo, c’est aussi devenir des artisans de paix, de justice, de l’instauration de l'Etat de droit. Pour que le vivre ensemble soit possible en Afrique et au Congo, a clarifié le Cardinal Fridolin Ambongo devant une assemblée hétérogène venue de partout pour rendre les derniers hommages à cet illustre disparu. A l’en croire, la meilleure façon d’honorer la mémoire de ce personnage qu’est Laurent Monsengwo Pasinya, c’est de s’engager résolument pour que les richesses immenses dont Dieu a doté notre pays servent réellement au bien de nos populations et non à un petit groupe de privilégiés. Une question : Qui sont ces privilégiés, qui sont-ils ? Aux uns de s’interroger, aux autres de répondre. Toutefois, cet idéal voulu  aura été durant plusieurs décennies, le leitmotiv qui poussait Laurent Monsengwo de sortir de sa zone de confort pour parler au nom de tout un peuple.   

Il y a de quoi à porter à cœur l’homélie de ce fidèle catholique lors de ces obsèques. Dans la situation actuelle de la RDC,  pour Ambongo, le combat de Monsengwo est de voir ‘’le Congo debout, uni et prospère, voir ses fils et filles se donner la main pour faire reculer les frontières de l'injustice, de l'exploitation des pauvres pour bâtir ce Congo de rêve comme nous le chantons dans l'hymne national".  Battons-nous pour y arriver. Adieu Tata Cardinal !

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout