Flash

BAN2

 

‘’Gouverner c’est prévoir’’, dit-on. Cette courte phrase n’est pas nouvelle dans le chef des politiques qui, parfois, sont priés de ne pas prendre certaines mesures à double vitesse, question de créer un équilibre entre la réalité et les contraintes quotidiennes. Après la première, la deuxième, et maintenant la troisième vague de Coronavirus, teintée de variant indien et sud-africain, ce dernier est, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus dangereux que les deux premières vagues.

Les kinois ont vécu un véritable calvaire le premier jour de l’application des mesures des restrictions prises par Ngobila, Gouverneur de la ville, afin de lutter contre la COVID-19. Ces mesures, strictes soient-elles, ont impacté négativement et sérieusement sur le transport des congolais.

C’est vrai. Tout le monde devrait être conscient que la maladie existe et tue. Mais, entre le calvaire des populations et les difficultés des transports dont les prix ont été doublement voire  triplement augmenté, l’autorité provinciale doit ipso facto,  trouver le juste milieu, afin de lutter non seulement contre la pandémie, mais aussi et surtout ne pas mettre en difficulté plusieurs familles qui, parfois, ont peu des moyens pour se rendre au travail. Pour ce faire, certaines langues suggèrent que le port obligatoire des masques et autres mesures soient suivies à la loupe et que le nombre des passagers revienne comme d’habitude. Au pire, cette situation ne serait pas loin de dégénérer dans les heures qui vont suivre. Les protestations montent d’un cran. Comme qui dirait, on ne peut pas être une gazelle et ignorer la forêt.

Dans l’entretemps, les kinois ont retrouvé la célèbre ligne 11, c’est-à-dire, faire le pied à une longue distance en masse. Conséquence, beaucoup de gens inondent les arrêts de bus, et autres artères de la capitale alors que les rassemblements de plus de 20 personnes sont interdits de peur de la transmission de la maladie.  Il appert que la comparaison n’est pas raison. Certes, le monde entier est actuellement confronté à cette réalité malheureuse, mais chaque pays s’est adapté par rapport à ses propres réalités. Rien n’est trop tard pour réviser les mesures et trouver le juste milieu.  Il est possible de lutter contre cette pandémie tout en tenant en compte de certaines réalités irréfutables.  

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout