Flash

BAN2

 

Solutionner les gros maux qui ont longtemps rongé la République Démocratique du Congo, telle était la mission principale du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo en accédant à la magistrature suprême après les scrutins de 2018.

Fort malheureusement, plus rien n’obéit au miracle de l’Héritier du Sphinx de Limete après pratiquement deux ans au pouvoir. L’Union Sacrée de la Nation qui, à sa conception, semblait couver les intérêts du Peuple, n’est pas loin de sa descente aux enfers, au vu des réclamations dithyrambiques des Elus nationaux, bourreaux du bureau Mabunda, non retenus autour de l’Autel de Consécration des intérêts du peuple, après la publication du Gouvernement Sama Lukonde.

Décidément, ces réclamations de près de 200 Députés nationaux dits Révolutionnaires de l’USN, mécontents de la configuration du Gouvernement dit des Guerriers, méritent questionnement et une lecture minutieuse. Dans tous ces épisodes rocambolesques tendant à engloutir la République Démocratique du Congo en dépit de l’alternance pacifique entre Félix Tshisekedi et son Prédécesseur Joseph Kabila Kabange, le plus grand perdant porte un nom et, est connu d’avance, le peuple. A qui profite la misère des congolais ? Après  pratiquement six mois d’inertie due à la rupture de la Coalition FCC-CACH ayant résulté à la suspension de conseils, les formalités devraient plutôt s’accélérer dans le sens d’investir les guerriers tant attendus. Ce qui n’est, curieusement, pas le cas. Les ambitions personnelles deviennent la profession de foi de ceux qui prétendent défendre les intérêts du souverain primaire longtemps affamé et délaissé seul, dans son calvaire.

Six mois après la conception de l’Union Sacrée et à peine quelques jours depuis la publication de son gouvernement, le peuple voit partir en grandes enjambées son espoir de voir son social, l’insécurité, la stabilité de prix des denrées alimentaires, et tant d’autres aspirations, trouver des remèdes grâce à la hargne du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi Tshilombo. Le temps file et nul n’en tient compte. La misère s’intensifie, la cécité atteint les Députés membres de l’Union Sacrée de la Nation, non retenus dans le casting des Membres de l’exécutif central. Dans l’entre temps, les massacres deviennent la principale caractéristique de la partie Est du territoire national. Le pays flotte sur les vagues de détresse.

Comme si ce qui passe au niveau de l’Hémicycle ne suffisait pas, les Provinces dansent à leur tour au rythme decrescendo de l’Union Sacrée. Les masques continuent à tomber. Comme dans une mise en scène, Lundi Néron Mbungu Mbungu dans sa casquette de Vice-Gouverneur de Kinshasa, tombe. Mardi, Jean Bamanisa mis à la porte du Gouvernorat de l’Ituri, Mercredi, c’est au tour de Louis-Marie Walle Lufungula, Gouverneure de la Province de la Tshopo, de faire ses valises à l’issu de lors de le plénière portant examen de la motion de défiance contre sa personne. Manifestement, tout est mis en œuvre pour avancer, au cours de ce mandat de Félix Tshisekedi, sur les rails des motions et pétitions. Une telle procédure laisse pendant l’espoir de tout un peuple. Bref, pour sauver ce temps restant avant les élections, les Politiques devront faire preuve de sursaut patriotique en plaçant les intérêts du peuple au centre de toutes les actions politiques. Pour l’instant, rien ne rassure. A cette allure, l’USN est à quelques mètres pour perdre son identité salvatrice. Quelle souffrance ?

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout