Dernières publications

Flash

«A l’espoir né en janvier 2019 a succédé le doute, qui risquait si on n’y prenait garde, d’entrainer le peuple dans le désespoir avec toutes les conséquences qu’on peut facilement imaginer».


Comme lors de son discours annonçant la rupture de la coalition FCC-CACH, Félix Tshisekedi a une fois de plus relevé, lundi devant les Gouverneurs de province, l’échec de ce mariage au pouvoir après seulement deux ans d’hypocrisie, de trompe l’œil et de coups bas. Le chef de l’Etat tente depuis plusieurs semaines de mettre en place le système, mais également les acteurs devant l’aider à concrétiser efficacement sa vision à la tête du Congo-Kinshasa.
Devant ses représentants en provinces, Fasthi a insisté sur le fait que l’alternance pacifique du pouvoir obtenu en 2018 doit constituer dorénavant un acquis à préserver pour créer au niveau national et provincial une gouvernance de développement, celle qui donne des réponses concrètes aux attentes des administrés.
D’un autre côté, Joseph Kabila qui était l’hôte privilégié du président de la République les mois qui ont suivi la passation historique de pouvoir, se sent de plus en plus mis à l’écart de ce pouvoir qu’il a malaxé en 20 ans environ. Après avoir perdu la tête de l’Assemblée nationale et même plusieurs de ses vrais-faux Députés nationaux, l’ancien chef de l’Etat congolais ne peut désormais compter que sur quelques-uns de ses lieutenants qui auront tout de même beaucoup de mal à éviter l’évincement du Premier ministre qui est des leurs, mais aussi la perte des principales institutions pour lesquelles ils se bombaient le torse.
Aujourd’hui, les anciens détenteurs des arcanes du pouvoir tentent de rebondir, mais toujours avec l’arrogance qui a notamment occasionné leur chute. Ils ne veulent pas s’écarter, ni être écartés du jeu. Tant qu’ils le peuvent, les acolytes de JKK tenteront le tout pour le tout afin de reconquérir ce sur quoi et sur qui ils avaient le plein pouvoir. Schéma difficile.
Entre temps, le président de la République qui renforce de mieux en mieux son carré restreint par des Conseillers expérimentés, multiplie les contacts, évolue rapidement dans les tractations devant faire naître un Informateur pour identifier la «nouvelle» majorité au Parlement, ce qui engendrera un nouveau chef du gouvernement central.
C’est dans ce climat politique délétère que les congolais passent leurs derniers jours de l’année 2020 qui aura été celle de tous les bouleversements, à tous les niveaux, principalement à cause de la crise sanitaire qui a eu de l’impact négatif sur l’économie et le social des terriens. Ce jour, le couvre-feu décrété depuis près de deux semaines enfonce davantage le clou dans la plaie, sans savoir de quoi sera fait 2021.
Félix Tshisekedi prendra la tête de l’Union africaine en février prochain, il devra s’occuper des problèmes plus complexes que ceux qu’il tente de gérer au quotidien, avec d’énormes difficultés faut le dire. Pendant ce temps, en RDC, la situation s’empire tous les jours, la météo annonce des nuages brumeux à l’horizon…

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout