Flash

Joseph Kabila coûte-t-il trop cher à la République ? La question a déjà été évoquée il y a quelques mois, mais vient de refaire surface à la suite de la réplique du Conseiller économique du chef de l’Etat, la « Star » du procès 100 jours, concernant le dépassement budgétaire décrié au niveau de la Présidence de la République. Pour Marcellin Bilomba, l’ancien président, dans cette casquette de Sénateur à vie, bénéficie d’énormes avantages, exorbitants pour être clair, qui participent eux aussi, à cette surabondance surprenante. Une fuite en avant pour justifier un scandale ?


En tout cas, du côté de l’argentier national, les chiffres qui circulent sur les réseaux sociaux sont totalement faux. Non seulement que le prédécesseur de Fatshi toucherait beaucoup moins que ce qui se raconte, mais en plus, a soufflé José Sele, le salaire des anciens Premiers ministres et du Sénateur à vie émargent au Ministère du Budget et non de la Présidence ou encore de la Primature. Ce qui laisse entier la préoccupation sur le dépassement à la Présidence de la République.
Toutefois, les mots du Ministre des Finances ne sont pas une parole d’évangile. Pour certains analystes, il y a bien une explication à cette situation. En fait, les émoluments de Joseph Kabila en tant qu’ancien président étaient un cas nouveau en 2019, survenu après la passation de pouvoir. Lorsque le budget de 2019 a été voté et promulgué, il était encore président en exercice. Il s’agissait d’une nouvelle dépense qu’il fallait absolument loger quelque part.
L’on se rappelle également qu’à l’aube de son départ de la Primature, Bruno Tshibala avait réajusté à travers un Arrêté, les salaires des anciens présidents et Premiers ministres, sur le coup pour assurer une « retraite » luxueuse à sa clique.
Par ailleurs, et même honnêtement, pourquoi devrait-on mettre ces anciens dirigeants dont les bilans laissent d’ailleurs à désirer, dans un confort d’exigence ? Il y a forcément des dépenses à revoir s’il faut améliorer le vécu quotidien des pauvres congolais.
Dans un autre cas, le Conseiller économique du chef de l’Etat constate du rififi dans la gestion des finances publiques, déjà du fait que les écoles étant fermées pendant la période très active de la pandémie de covid-19, environ 4 mois, le ministre des Finances avait ordonné les paiements des frais de fonctionnement des écoles pour une valeur de 9.566 milliards de francs congolais par mois, pour un total de 19 milliards de dollars américains. Il sollicite de ce fait, un véritable audit de l’Inspection Générale des finances. Thanks and regards.

La Pros.

 

Pin It

Les plus lus