Dernières publications

Flash

La RD. Congo vient d’entrer dans une crise institutionnelle à cause des divergences quant à la nomination suivie de prestation de serment tenue hier, dans la salle du Congrès du Palais du peuple, de trois juges de la Cour constitutionnelle.


Entre les deux plateformes de la coalition gouvernementale, FCC de l’ancien Président Joseph Kabila et CACH du Président Tshisekedi, les violons ne s’accordent plus. Ce couple est au bord de la rupture. Ils dorment sur le même toit, mais pas sur le même lit. Désormais, chaque camp politique va vouloir montrer ses biceps. Dans ce rapport des forces qui se profile à l’horizon, quelle sera la part du peuple ? Enigme.
Qu’à cela ne tienne, le FCC promet d’évaluer dans 48 heures. Les options vont être levées. Bienvenue à l’étape de grincement de dents. Va-t-on vers la cohabitation FCC-CACH ? Les militants de l’Udps qui ont assisté à cet évènement chantent pour la dissolution du Parlement. ‘’Félix’’ aura-t-il ce courage ? Pour le FCC, «Le mot d'ordre a été très largement suivi. Après vérification objective, sur 338 députés du FCC, 4 seulement étaient dans la salle de Congrès ce jour, soit une proportion de 1%. Nous nous rencontrons dans 48 H pour l'évaluation », prévient Didi Manara.
Une autre lecture vient de Martin Fayulu, opposant radicale à Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, appelle le peuple congolais à sortir de la distraction. Dressant des statistiques, il recense plus de 7 millions des compatriotes en situation de famine, 5 millions des déplacés internes, de milliers de personnes massacrés…Le pays, dit-il, ‘‘est menacé de balkanisation. Et à Kinshasa, Kabila et Tshisekedi ont visiblement décidé de théâtraliser la vie politique.
Enfin, le leader de l’Ecidé formule des recommandations. ‘‘Aux présidents des pays membres de la SADC, je les prie de s’engager à accompagner les leaders religieux congolais dans la recherche d’une solution à la crise congolaise. Aux membres de la communauté internationale, je les exhorte à se ressaisir afin d’aider les congolais à retrouver une stabilité pérenne pour le pays et pour la région au travers de la mise en place des institutions légitimes, gage du développement », conclut-il.
De ce qui précède, et à l’allure inquiétante où vont les choses, il est temps que les leaders des confessions religieuses, les pères spirituels, offrent leurs bons offices pour pouvoir réunir toutes les parties prenantes afin de trouver de manière consensuelle une solution à la crise qui déchire la Rdc.
Sinon, tout le monde va regretter l’après.

La Pros.

 

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout