Dernières publications

Flash

A leur demande, la Présidente de l’Assemblée nationale, l’Honorable Jeanine Mabunda Lioko et le Président du Sénat, l’Honorable Alexis Thambwe-Mwamba ont été reçus, ce mardi 13 octobre 2020 à la Cité de l’Union Africaine, par le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

C’était donc une réunion interinstitutionnelle restreinte entre l’Institution Président de la République et le Parlement.
Au menu, la problématique de la prestation de serment des juges récemment nommés à la Cour Constitutionnelle par des ordonnances ‘‘controversées’’ du Chef de l’Etat.
A en croire le communiqué de la cellule de communication du Parlement, Mabunda Jeanine et Thambwe Mwamba Alexis ont partagé le caractère perplexe de ce dossier et se sont interrogés sur la prestation de serment des membres récemment nommés, sur base de la loi organique N°13/026 du 15 Octobre 2013, portant organisation et fonctionnement de la Cour Constitutionnelle, au regard de l’Ordonnance N° 16/070 du 22 août 2016 portant dispositions relatives au statut particulier des membres de la Cour Constitutionnelle et à la controverse sociopolitique qui s’en est suivie.
En définitive, l’entretien s’est achevé sur cette interrogation et le Parlement a affirmé son attachement au respect des textes et par conséquent s’est engagé à poursuivre la réflexion dans l’optique de rechercher des solutions idoines et respectueuses de la Constitution du 18 février 2006, des lois et règlements nationaux pour la sauvegarde des acquis démocratiques nés de l’alternance politique historique de 2019.
Autrement, Mabunda et Thambwe Mwamba ont voulu tout simplement dire, par respect des textes, qu’il y a des choses qui ont été faites, en ne respectant pas les règles de l’art.
D’autre part, par poursuivre les réflexions, qu’ont-ils voulu dire réellement ? Visiblement, ce dossier est loin de connaître un dénouement heureux.
Les deux juges qui ont compliqué l’affaire ont-ils piégé le Chef de l’Etat ?
Dans tous les cas, les congolais n’ont pas besoin d’une crise institutionnelle en cette année 2020 qui a bouleversé toutes les prévisions dans le monde entier. L’année de l’action, avec des crises à répétition risque d’être tout simplement l’année de blocage et donc de l’inaction.

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout