Flash

Agir. C’est ce que tout le monde attend de Félix Tshisekedi depuis qu’il est confortablement assis sur le fauteuil présidentiel. Le Président de la République, ayant décrété 2020 «Année de l’Action», est le premier responsable et le premier comptable devant la nation et le monde.


En tant que Garant de la nation, Félix Tshisekedi est face à plusieurs défis majeurs. Notamment, celui de la pandémie Covid-19, de la crise socio-économique, de la gestion des institutions, de la sécurité, de l’organisation du nouveau cycle électoral en vue d’assurer l’alternance pacifique.
Le Chef de l’Etat est aussi appelé à maintenir la paix, être à l’écoute de tout le monde, être au-dessus de la mêlée, mobiliser les ressources, donner de grandes orientations, remettre la jeunesse dans le bain du travail, … Félix Tshisekedi doit prendre à bras-le-corps tous ces défis sus énumérés et ne pas rester insensible aux propositions de la classe politique et de la société civile.
Au regard de l’actuelle randonnée, l’on peut affirmer que le Président de la République consulte. Les 13 personnalités de toutes tendances confondues ayant répondu à l’appel du 11 juillet 2020 lui ont réservé la primeur de leurs réflexions sur un éventuel dialogue en vue de garantir un processus électoral crédible.
Puis, c’était le tour de l’équipe sortante de la CENI pilotée par Corneille Nangaa d’être reçue à la Cité de l’Union Africaine. Celle-ci a présenté à Félix Tshisekedi la feuille de route pour la réussite du prochain cycle électoral. Cette rencontre a surtout permis de passer en revue les défis majeurs à surmonter d’ici les échéances de 2023, principalement la mise à jour du fichier électoral qui pourra coûter à la République la somme astronomique de 400 millions USD et deux ans. Facture très salée !
La sœur jumelle de l’ancien Président de la République, Jaynet Kabila, et l’ex Administrateur Général de l’Agence Nationale des Renseignements, Kazadi Nyembwe, ont aussi échangé avec Félix Tshisekedi dans son bureau. Officiellement, des questions sécuritaires dans la partie Est du pays étaient au menu de cette audience. Mais, d’autres sources rapportent que ces deux émissaires du Raïs étaient porteurs d’un message confidentiel à son partenaire de la plateforme CACH.
La liste de problèmes que le Président de la République doit prendre à bras-le-corps en vue d’un sauvetage urgent de la RDC n’est pas exhaustive : plus de 150 groupes armés ravagent le pays ; sept contingents des armées étrangères occupent le territoire congolais, les provinces accusent les arriérés de plusieurs mois de rétrocession, le franc congolais chute de manière vertigineuse, l’absence de consensus sur la réforme électorale et les animateurs de la CENI…

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout