Flash

Cela fait pratiquement quatre mois, jour pour jour, que le Président de la République a décrété l’état d’urgence sanitaire pour s’attaquer à la propagation de Coronavirus. Tard dans la soirée de ce mardi 21 juillet 2020, le Chef de l’Etat a parlé. Félix Tshisekedi a levé, enfin, cet état d’exception.

C’était dans une adresse à la nation qui a duré environ 12 minutes. C’est une levée générale faite par le premier citoyen de la Rdc. Quant aux modalités d’application de cette mesure de levée de l’état d’urgence, des ministères sectoriels devront s’étendre là-dessus, dans le strict respect des mesures barrières. C’est donc une reprise totale d’activités sur l’ensemble du territoire, mais séquencée dans un laps de temps très court. Déjà, le Parlement avait postposé la clôture de sa session du mois de mars qui est allé au-delà des délais prévus. Le Député national Jean-Pierre Lihau avait d’ores et déjà initié la proposition de loi mettant fin à l’état d’urgence sanitaire. Lors du 40ème Conseil des Ministres, le Gouvernement avait tenté de justifier le principe de la levée progressive de l’état d’urgence. Politiquement, l’équipe gouvernementale a reconnu la difficulté d’une nouvelle prorogation de l’état d’urgence par le Parlement. Quant au Dr Jean-Jacques Muyembe à la tête de l’équipe de riposte contre la pandémie, il suggère que la période à prendre en compte pour l’application totale de la levée de l’état d’urgence aille du 21 juillet au 7 septembre 2020.
Le sort réservé aux écoles, aux universités, aux églises, aux bars, aux salles de fêtes, à certains commerces dont le Marché Central dit Zando, etc. fermés jusque-là, était tributaire de ce message du Président de la République. Tous ces secteurs ont été fixés. Le Ministre de l’Enseignement Primaire et Secondaire a déjà prévenu que la rentrée ne va concerner que les classes terminales, c’est-à-dire, les élèves de sixième année secondaire appelés à passer les examens d’Etat. Du moins, dans un premier temps.
Cependant, le Chef de l’Etat comme le Gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila, ont scellé le sort des salles et lieux publics destinés à organiser les obsèques. Cette mesure relative à la tenue des funérailles demeure, même après avoir vaincu le Coronavirus, martèle l’Autorité urbaine. Ici, beaucoup exhortent l’autorité compétente à ne pas transiger concernant cette mesure liée aux obsèques. Car, trop d’abus et de débordements ont été observés à Kinshasa par le passé.
La fin de l’état d’urgence est synonyme d’un ouf de soulagement pour la population paupérisée et confinée pendant près de quatre mois. Car, la crise est aiguë. Le roi Dollar grimpe sur le marché de change. Les fonctionnaires sont déboussolés car leurs maigres salaires ne cessent de dévaluer. La pandémie joue le jeu de la faim. L’économie est à l’agonie. La plupart de sociétés ont une mort subite. Covid-19 a mis à genoux non seulement la RD Congo mais aussi le reste de la planète. Apprenons à vivre avec la pandémie : «COVIVRE» scandait un groupe de citoyens français.

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout