Flash

Les statistiques sont grandissantes. Les gestes barrières sont bafoués. Le port des masques mis à dessein, afin d’éviter le paiement d’amende à la police nationale. La distanciation sociale oubliée. Et donc, la population ne semble plus croire à cette maladie qui, pourtant, continue à tuer quotidiennement des congolais.

Oui, chaque jour qui passe, le Ministère de la santé annonce de mauvaises nouvelles. Au-delà de cette caricature décriée, le mécontentement de la population commence aussi à se faire sentir. L’exaspération est plus que jamais généralisée. Que dire des kinois ? Ils en ont ras-le-bol de certaines mesures des restrictions prises pour contourner la propagation de la pandémie à coronavirus, surtout celle qui concerne le confinement de la commune de la Gombe, centre des activités de la capitale et siège des Institutions du pays. Pour beaucoup, le confinement de la Gombe ne se justifie plus dans la mesure où la RDC, bien qu’ayant été touchée par la pandémie à COVID-19, a réussi à contenir parfaitement l’évolution de ce virus meurtrier. Cette première étape aura été cruciale, à telle enseigne que la deuxième étape doit, à priori, consister à apprendre à la population de vivre mais également de travailler avec le port des masques de manière obligatoire et de considérer en même temps, la COVID-19, comme un simple mode vie, une maladie à éviter rien qu’en observant les gestes barrières tels que préconisés par l’équipe de riposte du Virologue Docteur Jean-Jacques Muyembe.
A force de ne pas libérer la commune de la Gombe et le marché central Zando, cette exaspération généralisée monte d’un cran. « On a faim », est la phrase scandée ce mardi 9 juin 2020, lors de la manifestation de la population qui réclame l’ouverture et la reprise des activités au grand marché de Kinshasa et aussi le déconfinement global de la Gombe. Des coups de feu se sont fait entendre. Entre imbroglio et mésentente du Ministre de l’intérieur et le Gouverneur de la ville-province de Kinshasa, les travaux de réhabilitation de ce site désormais problématique ont été suspendus. Alors, pourquoi Gombe doit-elle continuer à être confinée ? A qui profitera la fermeture de marché Zando ? S’interroge cette mère de famille qui se voit empêcher d’exercer depuis le 6 avril 2020, ses activités commerciales à la Gombe afin de nourrir les membres de sa maisonnée.
Gombe confinée, le marché Zando fermé. Qu’en est-il de la crise économique ? Le pays ne sachant plus à quel saint se vouer, fonce tout droit vers la politique de main tendue à quelques jours de la clôture de la session parlementaire. A défaut de la présentation d’un collectif budgétaire, il y a beaucoup de chances pour qu’une session extraordinaire soit convoquée. Cette dernière coûtera davantage des moyens financiers supplémentaires à l’Etat. De quoi justifier une fois de plus le ras-le-bol de la population envers des autorités du pays. L’Etat doit agir, en prenant en compte l’indignation du petit peuple. Au cas contraire, ce qui s’est passé hier à Zando, ne sera que des signes avant-coureurs de ce qui se dessine dans les jours à venir.

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout