Flash

BAN2

 

Au-délà de tout ce qui pourrait arriver, le plus important aujourd’hui est de finir l’année 2020 vivant. Il n’y a plus aucun doute là-dessus ! Alors que les congolais attendaient, avec impatience, de suivre le déroulement du‘’procès 100 jours’’ qui révient aujourd’hui avec la comparution des témoins, lequel procès implique Vital Kamerhe, Directeur de cabinet de Félix Tshisekedi ainsi que le Responsable de l’entreprise Samibo, Samih Jammal, tous deux détenus à Makala depuis près de deux mois, personne, oui personne n’a vu venir la disparition inopinée de Lugi Gizenga.

Impensable ! Ce digne fils hérithier du Patriarche Antoine Gizenga Funji, l’un des héros de l’indépendance du Congo, a tiré sa révérence dans la nuit du lundi à mardi, laissant dérrière lui une famille biologique fortement peinée et une famille politique déchirée. Les partisans du PALU ne savent plus à quel saint se vouer. C’est la désolation. Déjà orphélin l’année dernière de son Patriarche, pour la seconde fois de suite, le PALU est de nouveau orphélin de son Secrétaire Permanent. Quel avenir pour cette formation politique membre du FCC ? Qui pourra ainsi succéder à Lugi ? Dieu seul sait, puisque le futur lui appartient.
Il faut dire que ces nouvelles des morts aussi mystérieuses que surprenantes, en cette période trouble, suscitent beaucoup d’interrogations dans le chef de la population, dont une partie reste confinée volontairement dans leur maison, principalement pour éviter d’attraper le coronavirus.
Sauf avis contraire, le mois de mai 2020 aura été mystérieux à cause de nouvelles de déces à la présidence ou encore dans d’autres milieux de service. La disparition du régretté Raphael Yanyi, juge président dans le procès 100 jours a secoué la toile. Nonobstant le fait que le tribunal ait pu trouver un remplacant pour assurer la poursuite de l’instruction, les congolaises et congolais se montrent plus craintifs dans la mésure où l’on parle d’un empoisement qui aurait coûté la vie à ce défenseur de la justice. Quoi qu’il en soit, en ce temps difficile à vivre et à supporter, chaque congolais est appelé à se protéger pour éviter le pire. Quoique le gouvernement fait de son mieux pour redresser l’économie nationale en cette période de crise sanitaire, il est plus important aujourd’hui, de se soucier les uns pour les autres, de s’entraider mutuellement afin de traverser ce cap avec célérité. Faisant le contraire, l’on risquerait de connaître davantage des semaines très acariâtres dans les jours qui viennent.

La Pros.

 

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout