Flash

Ce mercredi 3 juin, les yeux seront rivés sur la troisième audience foraine de l’affaire mettant aux prises le trio Jammal – Kamerhe – Muhima. Nonobstant le décès mystérieux du juge-président, Raphaël Yanyi, ce procès va se poursuivre. Mais, dans quelles conditions ?


Vital Kamerhe vient d’introduire une requête en inconstitutionnalité de la procédure en cours à la Cour constitutionnelle. Placé sous mandat d’arrêt provisoire depuis le 8 avril 2020, le Directeur de Cabinet de Félix Tshisekedi continue de s’interroger sur les motifs réels de sa détention préventive qui dure depuis presque deux mois.

Répondant à une invitation, Kamerhe s’était pointé au Parquet Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete comme renseignant, Dircab et Superviseur du programme intérimaire de 100 jours du Président de la République. Après sept heures d’audition, il a été conduit à la Prison Centrale de Makala en qualité de prévenu. Aussi, lors de la dernière audience en date, ce leader de l’UNC voulait qu’on puisse l’aider à comprendre pourquoi il se trouve à Makala. Aussi, en saisissant la Haute Cour contre ses juges naturels, Kamerhe crée-t-il une nouvelle affaire dans cette affaire ?
Une semaine plus tôt, l’on a pu voir un Vital Kamerhe beaucoup plus confiant et combatif en face d’une partie civile bien outillée. Documents à l’appui, ce prévenu a fait savoir au tribunal qu’aucune pièce ne l’engage dans le contrat d’achat et de montage des maisons préfabriquées signé entre le gouvernement congolais et la société Samibo de Jammal Samih qui a assumé la plénitude dudit contrat. Selon cet homme d’affaires libanais, les prix de ces maisons préfabriquées ont été décidés avec l’Etat congolais, représenté en avril 2018 par le ministre du Développement Rural, Justin Bitakwira.

Le Dircab de Félix Tshisekedi a, lui aussi, renvoyé la balle à l’ex-ministre Bitakwira qui, quelques semaines plus tôt, était face à lui en confrontation, à la Prison Centrale de Makala. VK le désigne comme la personne la mieux indiquée pour répondre devant les juges. Parmi les témoins-clés attendus à l’audience de ce 3 juin, figurent sur la liste bien évidemment Justin Bitakwira, l’ancien ministre du Développement Rural, le Gouverneur de la Banque Centrale du Congo, Deogratias Mutombo, l’ex-ministre du Budget, Pierre Kangudia, l’Ambassadeur itinérant du Président de la République et Coordonnateur du programme de 100 jours, Nicolas Kazadi et tant d’autres.
Au sortir d’une rencontre avec le Procureur de la République, la famille du juge Raphaël Yanyi dément les «spéculations» sur les résultats de l’autopsie et affirme que les résultats seront connus dans deux semaines. Et ceux qui ont parlé du «poison» comme résultat de l’autopsie ? A propos de cette mort mystérieuse, l’UNC n’a pas tort de dénoncer les critiques tendancieuses dirigées contre Kamerhe.

Et qu’en sera-t-il de nombreux témoins-clés attendus à la barre ce mercredi ? La nouvelle et troisième audience risque d’être du coq-à-l’âne. A l’instar de son prédécesseur, le nouveau juge-président de ce procès 100 jours devra être à la hauteur pour tirer le taureau par les cornes.

La Pros.

 

Pin It

Les plus lus