Flash

L’état d’urgence sanitaire, les gestes barrières, le confinement ou déconfinement, ne représentent-ils que des vains mots aux yeux des Kinoises et Kinois ? Car, hormis la commune de la Gombe dont l’autorité urbaine a annoncé le déconfinement progressif, la population vaque à ses occupations comme si de rien n’était, au point de se demander si le Coronavirus n’a pas encore fait son entrée dans la capitale congolaise.


Pourtant, l’équipe de riposte annonce, chaque jour, des statistiques de plus en plus alarmantes. Déjà, Kinshasa regorge plus de 600 cas et 34 décès. Le Covid-19 n’est donc pas de la fiction ? Ces chiffres atterrants contrastent, paradoxalement, avec la promiscuité observée dans les grandes places publiques, les marchés, etc.
Beaucoup portent des masques seulement pour échapper aux tracasseries policières et ne pas payer l’amende de 5.000 Francs congolais.
La prise de conscience collective des effets pernicieux de cette pandémie semble ne pas encore être effective au sein de la population kinoise.
L’attention de l’opinion semble être détournée par la saga politique congolaise animée notamment, par la guéguerre Evêque Pascal Mukuna – FCC de Joseph Kabila, le procès de Vital Kamerhe prévu lundi 11 mai 2020, le ‘’Sénatgate’’ (Alexis Thambwe Mwamba vs Bijou Goya), …
Dans la première affaire, le transfuge du FCC et président du FC Renaissance, Pascal Mukuna porte plainte contre l’ex-Président de la République et s’en prend violemment au bilan de Joseph Kabila à chacune de ses apparitions médiatiques. Très irrités, les lieutenants du désormais Sénateur à vie ne cesse de lui donner des coups en dessous de la ceinture. Dans la seconde affaire, le grand public attend «les vérités» de Vital Kamerhe qui peuvent éclabousser l’actuel Chef de l’Etat ou son entourage.
Aussi, l’UNC exige la retransmission en direct des antennes de la télévision nationale du procès de son leader accusé d’avoir détourné des millions de dollars. Enfin, l’escalade verbale injurieuse entre le Président du Sénat et la Sénatrice Bijou Goya ne cesse de secouer la sphère politique congolaise. Ne Muanda et consorts n’en font pas moins débat…
Dans une telle ambiance, qui va se préoccuper encore des mesures prises par le Président de la République et les gestes barrières ? Eviter la promiscuité (distance d’un ou deux mètres), se laver régulièrement les mains, éviter les embrassades, les câlins etc. En catimini, la bière continue de couler à flot dans certains bistrots. Il est temps de rappeler à chacun et chacune que le Coronavirus n’est ni une vue d’esprit, ni un croque mitaine. C’est bel et bien une réalité, un danger permanent.

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout