Flash

La vérité, c’est ce dont les juges du Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Matete recherchent tant afin de faire toute lumière sur la gestion des fonds alloués aux travaux d’infrastructures et logements sociaux du programme de 100 jours du Chef de l’Etat. Dans l’opinion publique, ce vaste programme initié par Félix Tshisekedi, sous la supervision bien sûr de son Directeur de Cabinet, Vital Kamerhe, actuellement sous MAP à Makala, n’aura été qu’un véritable fiasco !

Une aubaine ‘’divine’’ pour certains politiciens avides de s’enrichir rapidement en détournant des fonds de l’Etat, laissant au passage un travail bâclé : Passation des marchés de gré à gré, corruption, gestion calamiteuse, le constat fait par le ministère public après qu’il ait interpellé la majorité d’exécutants de ces travaux aura été plus qu’amer. Dans ce dossier, beaucoup ont été entendus, certains sont à Makala, d’autres, par contre, sont libres de tout mouvement, du moins provisoirement. D’ici peu, après la confrontation des uns des autres, sûrement, des grands noms, des grands messieurs, des gros poissons vont tomber, si l’on tient compte du travail que réalise actuellement la justice congolaise dans sa quête de vérité.
A la grande surprise générale, le Directeur du Cabinet du Chef de l’Etat vient de passer deux nuits entières à Makala. Longtemps cité dans de nombreuses affaires des millions, cette fois-ci, Kamerhe, bien qu’allié solide depuis l’Accord de Nairobi qui a donné naissance à la coalition CACH, de surcroit ami et beau-frère de Félix Tshisekedi par sa femme originaire de Bukavu, a, à son tour, subi la rigueur de la loi, après son audition devant les juges du Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Matete pendant près de 5 heures. Lui qui bénéficie jusque-là de la présomption d’innocence, au cas où il serait considéré coupable au regard des chefs d’inculpation qui sont retenus à sa charge, son casier judiciaire ne va plus lui permettre de prétendre ou de s’engager dans la course à la présidentielle, conformément à l’Accord de Nairobi. Ce qui va compromettre probablement sa relation avec son ‘’frère’’ le Président de la République, pour qui les militants et certains cadres de l’UNC redoutent sa main noire.
Quoi que l’on puisse dire dans la presse, d’aucuns estiment qu’il est temps, pour le peuple congolais de connaître finalement la vérité. Pour ce faire, la justice ayant exercé son pouvoir judiciaire, est appelée à être indépendante, équitable et équilibrée lors de l’examen des rôles de chaque personne citée dans le vaste détournement des fonds. Que la vérité triomphe ! Rien que la vérité !

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout