Flash

Dans une interview à Jeune Afrique, le très célèbre virologue congolais Dr Muyembe Tamfum avait déclaré que ‘‘confiner Kinshasa est devenu une obligation, toutes les autorités sont désormais d’accord sur ce point. Il s’agit maintenant de savoir quand et comment nous allons procéder. Mais, nous pourrions ne pas nous limiter au confinement de Kinshasa et élargir la mesure à l’ensemble du pays.

Il faut voir ce qui se fait ailleurs, pas seulement en Europe mais aussi sur le continent africain, où certains pays ont déjà adopté cette solution’’. Ce, avant de marteler que ‘‘c’est le confinement qui a sauvé la Chine. Il n’y a pas, à ce jour, d’autre solution qui ait prouvé son efficacité’’. Bien plus, devant la gravité de la situation qui a causé plus d’un million de morts et confiné plus d’un milliard de personnes dans le monde, Muyembe Tamfum prévient des congolais habitués aux jérémiades du genre ‘‘qu’allons nous manger et boire si jamais on venait à confiner tout le pays ?’’. ‘‘Nous devons tous nous préparer, ce n’est pas toujours le gouvernement qui donne les solutions. Nous tous savons comment survivre en cas de disette, de guerre ou d’épidémie. C’est ce qui fait la force de l’être humain. Nous devons apprendre à nous adapter et ne pas nous habituer à pleurer’’, conseille-t-il.
De la méthodologie, Gentiny Ngobila, le Gouverneur de la Ville, a choisi de s’y prendre par étape pour des raisons évidentes. Notamment, commencer le confinement par le centre des affaires de la capitale rd-congolaise, Gombe, déclaré épicentre de la pandémie au Covid-19. L’idée, c’est de permettre aux personnes non encore atteintes d'être moins exposées et de ne pas être contaminées. Car, c'est là la meilleure façon de ralentir et d'arrêter la transmission de la maladie. Les cas déjà contaminés pourront facilement être isolés et pris en charge et ainsi le COVID-19 pourra être maîtrisé en RDC. Les cas bénins pourront être traités à la maison de manière à éviter aux hôpitaux d'être submergés. Voilà qu’on arrive lundi 6 avril, jour j du début de l’assignation à résidence de la Commune de la Gombe. La confusion est totale.
Visiblement, tout le monde, du moins la majorité de ceux qui y prestent, veut accéder. Il fallait voir le nombre de véhicules aux points d’entrée de la municipalité mise en quarantaine. Certes, on a blâmé la police, pour avoir affiché une attitude intransigeante à l’endroit des ayants-droits qui, malheureusement, étaient porteurs de plusieurs sortes de badges. Un désordre créé, non pas par la police, mais par l’administration urbaine. Ce qu’on a oublié, chers compatriotes, ce que si la police n’était aussi ferme, le confinement de la Gombe allait tout simplement être un échec total. La circulation aurait été fluide comme d’habitude, avec un risque de pic de propagation du virus. Ceux qui ont rencontré l’os hier, à plusieurs points d’accès à la commune, se sont découragés certainement aujourd’hui. Conséquence, la police et l’hôtel de ville de Kinshasa ont travaillé sans trop de pression. Il est certes vrai que la réunion d’évaluation présidée la veille par le Chef du Gouvernement a permis une bonne coordination et des concertations verticales et horizontales qui ont aidé chaque acteur à jouer son rôle, tout en évitant une lourde bureaucratie. Bravo à la police qui a évité le pire à la nation, ce lundi 6 avril 2020. Face à la confusion généralisée, au manque de discipline, il faut y opposer la fermeté, particulièrement en ce moment où le village planétaire est ravagé par la pandémie au Covid-19 et dont les effets collatéraux sont inestimables. 

La Pros.

Pin It

Les plus lus