Dernières publications

Flash

La première journée de confinement total de la commune de la Gombe entre bel et bien dans le firmament des scènes insolites qui résument le mieux ce manque de coordination et organisation auquel excellent souvent nos dirigeants politiques. Décidemment, ‘’une bonne organisation’’ est loin d’être congolais.

D’autant plus que, même à la veille du confinement de la commune de la Gombe, la méthode de ravitaillement qui avait facilité la contagion à grande échelle le vendredi écoulé, un jour avant le confinement avorté de la ville de Kinshasa, s’est illustrée une fois de plus lors de l’acquisition des macarons d’accès à la Gombe. Ce laissez-passer que tout le monde voulait avoir à la veille, n’avait, visiblement, aucun pouvoir le jour-j devant certaines barrières érigées par la police nationale congolaise. Banquiers, journalistes, agents de l’Etat et Cie, munis des macarons distribués par leurs corporations respectives pour l’accès, et ceux qui avaient des badges délivrés par l’hôtel de ville, tous ont été stoppés nette par les forces de l’ordre. Cet imbroglio qui s’est illustré au grand jour émane, en effet, d’un déficit communicationnel, apprend-on, entre le numéro Un de la ville de Kinshasa et le commissaire provincial de la police. Incroyable !
Devant son autorité ‘’hiérarchique’’, le Général Sylvano Kasongo, croyant faire son travail convenablement, a été rappelé publiquement à l’ordre par Gentiny Ngobila, qui lui exigeait d’obtempérer aux instructions, en donnant l’accès à ceux qui sont porteurs des macarons délivrés par l’Hôtel de ville de Kinshasa. Cette séquence qui a été balancée sur la toile, fait montre des étincelles qui existent déjà entre les deux hommes qui sont, de facto, appelés à collaborer dans l’harmonie, avec un esprit d’ouverture, en faisant respecter les instructions préétablies dont la finalité consiste à contrecarrer la propagation de la pandémie à COVID-19. Sur ce, d’aucuns attendent à des résultats probants de cette mise en quarantaine de la commune de la Gombe. Car, si le confinement échouait rien qu’à la Gombe, que va-t-il se passer dans d’autres communes infectées par le Coronavirus ? Dès lors que la ville prévoit de confiner très prochainement l’intégralité de la capitale ? Ces interrogations se justifient. Mais, en ce qui concerne le reste de jours de confinement, l’on espère que la police et l’autorité de la ville vont mettre fin à ce tohu-bohu qui jette malheureusement le discrédit sur leur mode de gérer la ville. Une rapide évaluation s’impose afin de rectifier le tir.

La Pros.

Pin It

Les plus lus