Flash

Le Nombre de personnes atteintes de coronavirus ne fait qu’augmenter en RDC. Passant de 81 à 98 cas, selon les statistiques publiées par l’Institut national des recherches biomédicales (INRB), le pire est à craindre.

Pourtant, lors de ses deux sorties médiatiques costauds, à l’image d’une déclaration de guerre, le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, avait annoncé des mesures ‘’musclées’’ dans le cadre de la riposte et la limitation de la propagation du Coronavirus : Le confinement partiel observé, la fermeture des établissements scolaires, académiques, des bars, des restaurants, salles de fête et autres funérariums pendant quatre semaines durant. Aujourd’hui, une semaine après cette série de décisions, le bilan reste toujours alarmant. Ces mesures, visiblement démesurées par cette pandémie, donne matière à réfléchir à ceux qui sont censés prendre des décisions claires, et réfléchies pour empêcher la propagation de Covid-19.
La bataille contre le Covid-19, quoique les moyens font défaut à ce jour, et que des millions attendus par l’Etat arrivent à titubant, il y a eu de fustiger, néanmoins, la politique très fragile mise sur pied par le Gouvernement, qui ne rassure pas la majorité de sa population. Car, à cette étape, les décisions sur la riposte que prennent les autorités publiques contre le Covid-19 devraient, normalement, être précédées des études bien approfondies et adaptées aux réalités quotidiennes de la population, de façon que celles-ci ne se détournent pas de leurs visées. Ce n’est pas une galéjade, face à la propagation sauvage de coronavirus, le confinement total de la capitale Kinshasa s’avère nécessaire. Mais, sa réussite devrait forcement, passer par la prise en charge de certaines couches de la population par l’Etat, en termes d’approvisionnement en denrées alimentaires. Cette question angoisse le petit peuple. Avec son économie extravertie, ses multiples dettes à l’échelle mondiale et son Gouvernement éléphantesque qui absorbe 70% de son budget national, l’Etat congolais ne semble pas être prêt pour prendre ses responsabilités devant la gravité de la situation. Comment y arriver ? Certains analystes économiques sont montés au créneau pour livrer des pistes des solutions. De Matata Ponyo, en passant par Noël Tshiani et Adolphe Muzito, la question sur la réduction de train de vie des Institutions revient fréquemment sur table. Puisque la RDC est en guerre contre la pandémie, le Président de la République, le même qui vient de prendre une décision ferme contre Gédéon Kyungu et Cie, pour leur incursion dans quelques villes de l’ex- Katanga, ne peut-il pas secouer sa troupe face à la riposte contre le Covid-19, en réduisant consécutivement le train de vie des Institutions ? Ce faisant, même si la bataille sera longue, au moins, l’on avancerait vers la bonne direction.

La Pros.


Les plus lus