Flash

BAN2

 

«Quelle que soit la durée de la nuit, la lumière finit  toujours par apparaître», dit-on. Aujourd’hui, les masques commencent à tomber. Tenez ! Nonobstant la falsification, la vérité demeure inchangée. Pour le cas d’espèce, la vérité est telle cette pilule difficile à avaler pour les forces obscures qui tentent en vain par tous les moyens, de déstabiliser la République démocratique du Congo en appuyant le régime de Kigali. A l’interne, les voix s’élèvent pour fustiger la position de la communauté internationale qui, dans les faits, s’aligne derrière ceux qui agressent le Congo-démocratique. Quand bien-même Kinshasa ne veut pas le dénoncer tout haut, diplomatie oblige, les congolais lambda eux le savent. Autrefois ignorant, aujourd’hui les petits peuples savent identifier les ennemis du Congo, ces forces obscures qui se démarquent de par leur régime d’imposition qui frise la souveraineté nationale.

Abat l’hypocrisie. Abat le néocolonialisme. Avec véhémence, les sénateurs de la RDC exigent la levée illico presto de l'interdiction d'achats d'armes et des munitions de guerre et autres matériels militaires imposée injustement à la République Démocratique du Congo par les Nations Unies sous prétexte d'obligation d'informations préalables, laquelle équivaut à une permission d'une part et, du rapport qui va sanctionner la prochaine séance plénière du Conseil de sécurité et Directives du Comité applicables quant aux dispositions relatives à l'embargo sur les armes, prévue en décembre 2022. La RDC ne fournit d'armes aux groupes armés ni de la sous-région et encore moins d'une autre région du monde. En temps normal, ce régime imposé par les Nations Unies est inopportun, surtout pour le Congo qui subit des agressions à cause de ses minerais.

Toujours à l’interne, les actions se multiplient pour mettre un terme à cette ambiguïté entretenue par la Communauté internationale. D’ores et déjà, la Société civile de la RDC et des confessions religieuses ne comptent pas se taire, ni rester bras croisés face à cette agression odieuse du M23 soutenu par le Rwanda. Raison pour laquelle, la synergie de la société civile et des confessions religieuses projette une marche le 19 novembre 2022 pour soutenir le gouvernement, les FARDC et dénoncer le silence de la communauté internationale face à l'agression dont est victime la République démocratique du Congo de la part du Rwanda. Il est temps pour la communauté internationale de s’aligner derrière la vérité, au nom de la paix, si réellement elle œuvre pour cela à travers les nations unies ou le Conseil de sécurité.

La Pros.

Pin It

Les plus lus