Flash

BAN2

 

Il ne s’agit pas de ce grand journal du Groupe l’Avenir qui a fait la pluie et le beau temps dans l’univers médiatique congolais. Ici, il est question de la justice, même si, très souvent d’ailleurs, elle rime avec la politique en République démocratique du Congo. Tout est politisé sans aucun doute. Après des graves révélations que d’aucuns qualifient de malencontreuses, Jean Marc Kabund se retrouve, toujours, dans le ‘’collimateur’’ de la justice qui veut dissiper tout malentendu. La première rencontre de comparution devant le Parquet près la Cour de Cassation de l’homme de Kingabwa a connu une fin heureuse pour lui. Sera-t-il le cas pour le prochain rendez-vous prévu le mardi 2 août prochain ? C’est la grande interrogation. C’est une certitude. Jean-Marc Kabund risque gros. Si jamais le Procureur fonce dans sa démarche, puisque le décor est déjà planté, le Président de l’Alliance pour le Changement sera tenu d’apporter, mardi, d’autres éclaircissements pour convaincre le parquet général près la Cour de cassation.

Il ne sera pas question d’évoquer un quelconque acharnement soit-il, car l’opinion publique voudrait bien avoir plus de précisions sur tous les paradis fiscaux, le plan orchestré pour un glissement de deux ans avec une majorité écrasante à l’UDPS, lors des prochaines élections. Des révélations sur la taxe RAM ne sont pas à exclure. ‘’Cette affaire va davantage faire couler encre et salive. Si certains pensent que cette interpellation serait liée à une pression pour obtenir le silence absolu du Maitre-nageur, d’autres, par contre, estiment que ce rebondissement va offrir une santé politique à l’homme de Kingabwa. Ce qui importe, c’est l’éclatement de la vérité’’, analyse froidement un éditorialiste congolais.

Cette comparution vient ainsi clôturer une semaine émaillée par des événements malheureux en RDC. Entre les manifestations contre les éléments de la MONUSCO dans la partie Est du pays suivis des tirs à balles réelles et morts d’hommes, les responsables de ces incidents doivent répondre de leurs actes devant la justice. Quelques protagonistes politiques sont d’ores et déjà dans le collimateur de la justice. Dans l’entretemps, la CENCO et l’ECC tirent la sonnette d’alarme.  Le gouvernement et MONUSCO pointés du doigt. Qui échappera au Collimateur ? Personne. 

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout