Flash

BAN2

 

Le Congo très ‘’démocratique’’ ressemble, objectivement, à ce train immobilisé qui ne quitte jamais la gare ;  à cet objet flottant rejeté par la mer sur la terre ferme. Ou encore à ces débris qui restent après un cataclysme. Tout est à refaire ! Eh bien, sans langue de bois, les mots peuvent être durs aujourd’hui, mais, en réalité, avec un peu de recul, l’on n’est pas loin d’une vérité indubitable. Attendez ! Passant d’un jour inoubliable et d’allégresse un jeudi 30 juin 1960, 62 ans après l’accession à la souveraineté nationale, le moment de questionnement sur la place, le présent et l’avenir du Congo suscite de questionnement. Un destin plein d’incertitude, une histoire à réécrire, un pays à reconstruire, un avenir à bâtir, le vœu le plus cher demeure, sans ambages, le Réveil de ce géant à l’épicentre de l’Afrique.

Hier, à la capitale métropole Kinshasa, au-delà de l’effervescence provoquée par le Concert de Réconciliation de Wenge BCBG 4×4  Tout terrain au stade des Martyrs,  une effervescence qui rappelle d’ailleurs, le jour de l’indépendance, à quelques kilomètres de là, le pays a rendu des hommages à l’un des pères de l’indépendance, en l’occurrence, Patrice Emery Lumumba dont la relique a été inhumée à la place Echangeur, au mausolée construit en l’honneur à ce Héros national et qui lui servira finalement de sépulcre. Comment honorer ce nationaliste ? Comment rendre fiers nos pères fondateurs ? Ceux qui ont laissé leur vie pour l’indépendance, le développement et l’émergence de cette Nation retourneront dans leurs caveaux s’ils voyaient l’état actuel du pays.  Un changement de paradigme s’impose. Cette conviction se renforce davantage après la démonstration du Docteur Jean-Paul Tsasa sur l’évolution du revenu par habitant en RDC, au Rwanda et en Chine de 1960 à 2022.  Si la RDC réalisait la même moyenne de croissance que celle des 10 dernières années, démontre-t-il, il lui faudrait 26 ans pour atteindre le niveau actuel du revenu par habitant du Rwanda; 136 ans pour atteindre celui de la Chine. Bonne ou mauvaise soit-elle, cette étude devrait pousser chacun à réfléchir sur ce qu’on veut faire pour le Congo. En commençant par les dirigeants. Savoir choisir les défis, les priorités et la bonne politique nationale, fera en sorte que le Congo sorte tout d’abord de la zone rouge. La sécurité et la paix durable sera salvatrice pour le reste.

L’heure n’est plus aux manœuvres superfétatoires ! Sommes-nous vraiment indépendants ? Sommes-nous enfin libres ? Avons-nous réellement gagné ? Autant des questions reviennent chaque année à la commémoration de l’indépendance. Aujourd’hui, plus que jamais, les congolais doivent se lever afin de prendre leur destin en mains.

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout