Flash

BAN2

 

L’histoire se répète. Sur ce, Dieu seul sait comment elle peut être cruelle. Que faudrait-il faire davantage pour contrecarrer la pandémie à COVID-19 ? La question vaut son pesant d’Or. Jusque-là, on est vraiment pas loin de cette série de morts dans l’entourage du Président de la République à l’époque des premières apparitions de la pandémie à COVID-19 en RDC. Autrefois, il ne passait pas deux mois sans qu’il y ait un cas de décès à la présidence sous Fatshi. Aujourd’hui,  pis encore, ‘’le spectre de la mort’’, autre surnom  du Coronavirus, cultive la terreur, nonobstant le fait que les autorités congolaises fournissent tant bien que mal, des efforts pour conscientiser la population à prendre au sérieux l’existence de cette maladie dans le pays.

Scandaleux ! C’est le moins que l’on puisse dire. Cet adjectif ne saurait résumer la première réaction des millions de congolais qui ont appris à travers les médias, une prétendue dotation prochaine des Jeeps aux Députés de l’Union Sacrée de la Nation élargis à de ceux de l’Opposition. Ce cadeau pour démontrer, soi-disant  la grandeur du cœur du Président Félix Tshisekedi, ne serait pas un prêt mais une récompense pour ces élus du peuple. Cette nouvelle, quelle que soit sa nature, vraie ou fausse, est tombée comme un cheveu dans la souple jusqu’au point que les médias en ont fait leur chou-gras.

‘’Gouverner c’est prévoir’’, dit-on. Cette courte phrase n’est pas nouvelle dans le chef des politiques qui, parfois, sont priés de ne pas prendre certaines mesures à double vitesse, question de créer un équilibre entre la réalité et les contraintes quotidiennes. Après la première, la deuxième, et maintenant la troisième vague de Coronavirus, teintée de variant indien et sud-africain, ce dernier est, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus dangereux que les deux premières vagues.

La focalisation des protagonistes politiques sur le seul enjeu électoral à venir pourrait, sans nul doute, dissimuler les risques et menaces qui entourent d’ores et déjà la situation socio-économique préoccupante de la RDC. La paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national sont autant d’aspects qui vont déterminer, quoi qu’il arrive, la réussite ou l’échec du quinquennat de Félix Tshisekedi.

Le pays va très mal. Oui, c’est une certitude qui appelle en aucun débat. Une Nation qui continue à recevoir des aides et des dons pour régler ses petits  problèmes, peut-il se permettre de décaisser plus de 20 millions  pour acheter des Jeeps en vue d’entretenir ses Députés nationaux, déjà mieux rémunérés par l’Etat ? Une fois de plus, le Bureau de l’Assemblée nationale se justifie tant bien que mal sur  ‘’l’achat’’ de 500 Suv pour les élus du peuple. Don de Félix Tshisekedi ou simple crédit, les congolais ont du mal à avaler la pilule.

L’histoire se répète. Aujourd’hui, plus que jamais, le peuple congolais veut réellement vivre l’Etat de droit tel que prôné par le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, depuis son accession à la magistrature suprême. La légalité, la sécurité juridique, la prévention de l’abus de pouvoir, la rédévabilité, l’égalité devant la loi, l’accès à la justice, la sécurité et le développement, tels sont les piliers importants auxquels le régime en place devait se reposer.

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout