Flash

Une ambiance délétère prévaut au Palais du Peuple, siège du Parlement congolais. A quelques jours de la fin de la Session, prévue le 15 juin prochain, la production législative est visiblement faible. L’atmosphère a surtout été polluée par des affaires dont celles ayant opposé Jean-Jacques Mamba à Jean-Marc Kabund, d’un côté, et Bijou Goya à Alexis Thambwe Mwamba, de l’autre.

«Impénétrable» est le mot qui convient parfaitement à la situation actuelle du pays. En effet, la semaine précédente et même celle en cours, auront été hyper agitées dans tous les secteurs de la vie des congolaises et congolais.

Les frontières nationales demeurent fermées. Kinshasa, la capitale, reste déconnectée des autres provinces du pays. Et puis, Gombe, alors que Muyembe avait laissé entendre qu’un déconfinement assorti d’un changement de stratégie était imminent, Ngobila, au sortir d’une réunion à la Primature, le vendredi dernier, parlait, quant à lui, d’un processus qui, à avis, allait prendre encore quelques jours, voire quelques semaines.

L’éjection de Jean-Marc Kabund marque le début de la crise au sein de la Coalition FCC – CACH. Au lendemain de la déchéance de ce 1er Vice-président de l’Assemblée nationale, il y a eu des soubresauts à Mbuji-Mayi comme à Lubumbashi, des sièges de quelques partis membres du FCC ont été saccagés.

Le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Kinshasa/Gombe siégeant en chambre foraine reprend le procès Jammal-Kamerhe-Muhima ce lundi 25 mai 2020. Cependant, la pièce maitresse de cette affaire, le Libanais Jammal Samih a des soucis de santé.

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout