Flash

BAN2

 

Colors: Yellow Color

La Chorale nationale de l’église Fraternité Evangélique de Pentecôte en Afrique au Congo « FEPACO Nzambe Malamu» vient de lancer un nouvel opus musical sur le marché du disque gospel en République Démocratique du Congo. « Cinquantenaire » est le titre phare de cet album qui a fait l’objet d’une grande conférence de presse pour sa présentation officielle, le week-end dernier à Kinshasa.

A l’occasion de la célébration du 30ème anniversaire d’existence de l’Université d’Eté de la FEMIS en France, l’Institut Français de Kinshasa a organisé, le samedi dernier, deux grandes rencontres spécifiques avec les réalisateurs congolais, après deux mois de leur formation sur l’art cinématographique.

Après le premier forum économique Russie-Afrique tenue au cours du mois d’octobre dernier à Sotchi, le pays de Vladmir Poutine, dans la foulée de discussions entreprises avec le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, s’est, en effet, lancé dans le raffermissement des relations avec la RD. Congo ainsi que d’autres pays africains.

Selon la Banque Africaine de Développement (BAD), l’industrie de la mode en République Démocratique du Congo représente au moins 200.000 dollars américains par an, en termes de production et business. Cette estimation renseigne un tableau déplorable pour un marché de plus de 80 millions d’habitants dont 80% de la population consomment des vêtements et accessoires d’habillement importés.
Ceci constitue un défi majeur pour Marie-France Idikayi, designer et fondatrice de Congo Fashion Week (CFW), qui a ouvert les portes de sa 8ème édition le 29 octobre 2019 jusqu’au 2 novembre, au Musée national de la RDC, à Kinshasa.
Pour l’initiatrice de ce projet, cette saison 2019 sera marqué non seulement par les défilés de mode et expo-vente de vêtements, mais surtout par la présentation du nouveau concept « Congo Fashion Council » qui est le Haut Conseil de la mode en RDC. L’objectif est de contribuer aussi au développement économique du Congo et sensibiliser les femmes fortes pour garder leur style.
CFW se présente comme une opportunité pour les jeunes qui ont la passion de la mode en vue de favoriser l’esprit de l’entreprenariat et de l’innovation dans le pays.
«L’impact de l’industrie de la mode Congolaise sur la croissance économique en RDC» est le thème retenu cette année pour donner la quintessence à cette grande messe de la mode africaine.
Comme chaque année, CFW a toujours réservé une partie scientifique dans cette rencontre qui veut être également un cadre d’échange entre panelistes, designers, stylistes, experts, modélistes, influenceurs et étudiants de réfléchir autour de la diplomatie de la mode et de son financement pour accompagner les entrepreneurs de la mode.
A travers des ateliers, il a été question de faire de l’état des lieux du domaine et de proposer des pistes de solutions pour rentabiliser et professionnaliser le secteur de la mode ou de la sape en RDC.
«Alors qu’ailleurs l’industrie de la mode génère de milliards dans le trésor publique, la RDC se cherche encore pour assoir le secteur avec un taux faible de consommateurs locaux. D’où, il est important de travailler ensemble sur la promotion globale de la création congolaise afin de rendre le secteur lucratif. Si nous aimons la mode congolaise, consommons local », a déclaré Marie –France Idikayi.
Evidemment, le secteur du textile-habillement est le deuxième secteur le plus important dans le monde en développement, après l’agriculture. En RDC, Congo Fashion Week s’est résolument engagé pour promouvoir et renforcer le business de la mode et soutenir et outiller les start-up de la mode congolaise. «Nous offrons la visibilité aux génies designers afin d’attirer les potentiels clients de la mode à découvrir leurs créations. C’est un rendez-vous de ventes et d’achats», a signifié la Fondatrice de CFW.
Devenue une plateforme incontournable de la promotion de design, CFW accueille cette année une vingtaine de designers venus du Congo profond, d’Afrique pour participer aux défilés de mode et expositions.

Jordache Diala

Pour la première fois dans l’histoire, la République Démocratique du Congo abrite la « Biennale du Congo ». Kinshasa est la Ville retenue pour l’organisation de ce grand festival international qui se déroulera du 20 octobre au 21 novembre 2019, dans différents sites de la Capitale congolaise.

Professeur de fiscalité à l’Université de Kinshasa, à l’Institut Supérieur de Commerce, à l’Institut supérieur des statistiques et à l’Ecole nationale des finances, est présentement dans la Cours des grands.
Professeur d’abord et chercheur ensuite, M. Mabiala, qui a introduit dans les Universités et Instituts supérieurs le cours de fiscalité, est auteur de plusieurs ouvrages sur la fiscalité.
C’est dans ce cadre qu’il discute sciences avec plusieurs personnalités scientifiques et même politiques chaque fois qu’il se déplace en France, aux Etats-Unis et au Canada. Pour ne parler que d’un seul cas, le Professeur Mabiala, à côté de l’ancien président de France Sarkozy, a parlé sciences, principalement de l’ouvrage écrit par Sarkozy et l’a voulu dédicacer au prof. Mabiala.
Prof. Mabila et le Président Sarkozy
C’est le fait que M. SARKOZY, qui vient de publier son dernier ouvrage intitulé «Passions », a convié à cérémonie de dédicace le Pr : MABIALA Umba. Cette cérémonie a eu lieu à Neuilly-sur-Seine en France, ville où Mr. SARKOZY est resté très longtemps «le Maire», avant d’accéder à la magistrature suprême. C’est cette ville qui lui a ouvert les portes des champs Elysées.
Le Professeur Mabiala est un produit français à 80%. Tous ses diplômes de licence, de spécialisation en fiscalité jusqu’au cycle doctoral, il les a obtenus en France. Les Français lui ont accordé une bourse qui lui a permis de terminer toutes ses grandes études. Il a fait honneur aux français et à la République démocratique du Congo, en obtenant la mention grande distinction au jury lorsqu’il défendait sa thèse de doctorat.
Non seulement qu’il a défendu avec brio les couleurs nationales du Congo, ce dernier a refusé de prendre la nationalité européenne comme d’autres congolais qui ont double et triple nationalités. Il a regagné le pays et évolue dans les milieux de grands professeurs.
Tout en étant professeur, il contribue positivement à la formation des jeunes congolais qui travaillent à la Direction générale des Impôts (DGI) désireux de poursuivre leur formation de fiscalité en Europe ou ailleurs.
Il faut reconnaître que nombreux de nos professeurs se limitent à vendre des syllabus et le TP (Travaux pratiques) aux étudiants et ne pensent pas aux publications, ni assurer une bonne formation.

La Pros.

Statistiques

18551843
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9952
15973
131821
18323016
286900
491245
18551843

Your IP: 185.191.171.17
2021-09-19 14:22

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg