Flash

BAN2

 

Les lignes bougent à quelques jours de la publication du deuxième gouvernement de l’ère Félix Antoine Tshisekedi, après les consultations faites par le nouveau Premier Ministre Sama Lukonde Jean-Michel à Kinshasa. Dans les état- majors des partis et regroupements politiques en RDC y compris dans les organisations de la société civile, les agitations sont observées sous l’œil regardant des acteurs de chaque secteur, dépendant des ministères.


Dans le domaine de la culture, le Collectif des Artistes et des culturels, «C.A.C/ASBL», n’est pas aussi resté indifférent. Cette organisation de droit congolais est très exigeante et surtout rigoureuse en ce qui concerne son ministère de tutelle.
Selon nos fins limiers, le C.A.C a transmis personnellement au nouveau Premier Ministre un mémorandum dans lequel les créateurs des œuvres de l’esprit dressent le profil de la personne qui peut bien être nommée à la tête du Ministère de la culture et des Arts.
Vu les enjeux de l’heure avec la présidence de la RDC de l’Union Africaine, renseignent les responsables de cette plateforme, le secteur culturel mérite une considération énorme dans la nouvelle nomenclature. D’où, il est important que le ministère de la Culture soit considéré au même titre que d’autres ministères dits de souveraineté en RDC. Ne dit-on pas qu’un peuple sans culture est un peuple sans repère, ni identité.
En effet, le CAC propose que ce poste hautement stratégique, pour le rayonnement de notre pays, soit confié à un professionnel de la culture, maîtrisant les rouages du secteur culturel congolais afin de promouvoir une meilleure cohésion nationale dans sa diversité, et favoriser le rayonnement de la RDC sur le plan international.

Le mandat du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi au sommet de l’organisation panafricaine est placé sous le thème de : «Arts, Culture, Patrimoine : leviers pour le développement de l'Afrique que nous Voulons», dont il a la charge de sa promotion.
Pour ce, les artistes et les opérateurs culturels fustigent une léthargie de la part des autorités qui, depuis 1960, n’arrivent pas à doter la RDC d’une politique culturelle, un pays continent et potentiellement riche en termes de créativités artistiques et diversités culturelles.
Sur base des recommandations du 2ème «Forum des Culturels» tenu en octobre 2020 et des assises antérieures sur la Culture, cette association qui est considérée comme le Parlement des artistes et des professionnels de la Culture en RDC recommandent la mise en place urgente par les législateurs d’une loi sur les principes fondamentales de la Culture afin de réglementer et de redynamiser l’écosystème culturel. Au-delà d’être une feuille de route, la Politique culturelle sera le socle d’un nouvel élan à la promotion et à l’économie de la culture.
Evidemment, la RDC est confrontée à des défis socio-économiques énormes. La Culture est en mesure si, mise en condition, de générer des ressources non négligeables au Trésor public.

Ce secteur est pourtant abandonné alors que dans d’autres pays, à travers le monde, il est considéré comme un secteur aussi important que les minerais. Ainsi, le CAC souhaite une amélioration significative du budget alloué au Ministère de la Culture et des Arts.
Toutefois, les artistes espèrent que le prochain ministre de la culture sera en mesure de répondre aux attentes du Président de la République au regard de la thématique du mandat de l’Union Africaine et aussi de porter ce projet de loi sur la politique culturelle dont l’idéal est de faire de la culture un véritable moteur du développement socio-économique, à travers la mise en place d’une industrie culturelle créative.

Jordache Diala

Pin It

Statistiques

17753712
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
727
10211
59193
17561587
649518
816200
17753712

Your IP: 66.249.66.221
2021-07-30 00:37

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg