Flash

BAN2

 

‘’Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années’’, dit-on. Son jeune âge ne l’aura pas empêché de se distinguer parmi les jeunes à travers la rédaction d’ouvrages et d’articles web.

Source d’inspiration pour la plupart des jeunes, Jonathan Isaac Kahambo est un penseur et écrivain congolais auteur de plusieurs ouvrages sur le développement personnel, la politique, les conditions sociales, la chrétienté et d’autres sujets d’ordre spirituel. Dans une interview exclusive accordée au Quotidien La Prospérité, Jonathan Isaac K., comme il se désigne sur sa Page Facebook, a présenté un bref aperçu de sa personne, de sa carrière d’écrivain et de ses avis au sujet du monde littéraire en RD. Congo. C’est en janvier 2018, plus précisément, qu’il s’est illustré dans le monde de l’écriture en publiant son premier ouvrage intitulé ‘’L’art d’écouter – Savoir qui, quand et quoi écouter’’, une œuvre littéraire relative au développement personnel. Ci-dessous, ses réponses aux questions de votre Quotidien.
La Prospérité : Pouvez-vous vous présenter à nos nombreux et fidèles lecteurs?
Jonathan Isaac : Je suis Jonathan Isaac Kahambo, Africain de nationalité Congolaise. J’ai à ce jour plusieurs casquettes, mais je préfère me présenter tout de suite là sous celle d’un penseur.
La Pros. : Vous êtes connu principalement comme écrivain, mais pourquoi vous vous présentez comme un penseur ?
JI : Je préfère me présenter comme penseur car pour moi, j’éprouve plus de plaisir à penser qu’à écrire. A la base, je suis un penseur et l’écriture n’est pour moi qu’un moyen d’extérioriser et partager mes pensées.
L’écriture est un moyen d’expression. Si je savais chanter, probablement je mettrai mes pensées en chanson et vous m’auriez qualifié de chanteur. Voilà en résumé.
La Pros. : Depuis combien de temps êtes-vous écrivain et quelles ont été vos motivations ?
JI : J’écris probablement depuis mon enfance, mais depuis quand j’ai commencé à publier mes écrits et même pris conscience que je pouvais développer cette capacité là, c’est en janvier 2018. Les raisons sont un peu d’ordre spirituel. A la fin de chaque année, j’ai pour coutume de me retirer pendant quelques jours afin de me concentrer en prière et dans la méditation pour me préparer spirituellement pour la nouvelle année. Lors donc de ma retraite en décembre 2017, je posais la question au Seigneur dans ma prière en disant : «Que m’as-tu donné ? Les chanteurs ont des voix, les sportifs des talents, les artistes des dons mais moi, qui suis-je et que m’as-tu donné que je peux présenter au monde comme un don inné que tu m’as fait ? ». C’est là que j’entends clairement une voix me dire : «Ecrit !».
Je me dis ‘’écrire’’ ? Je n’ai jamais écris de livre, je ne connais rien de ce monde. Il est vrai que j’écrivais des pensées, des enseignements ou des prédications mais encore jamais des livres. Par où vais-je commencer ?
C’est là que la voix m’a rappelé une pensée que j’avais eu à écrire probablement 3 ans passé. Et elle me dit «Publies la !».
J’ai contacté un ami qui a une maison d’édition et je lui ai dit je dois publier un livre. Je vous épargne des détails, mais on l’a publié sur Amazon. Il est intitulé «L’ART D’ÉCOUTER – SAVOIR QUI, QUAND ET QUOI ECOUTER ».
Ensuite, j’ai créé une Page Facebook et presque au quotidien, j’ai commencé à partager des pensées par écrit. C’est de là que tout est parti.
La Pros. : Quelles thématiques principales abordez-vous dans vos écrits et livres ?
JI : Alors déjà, il faut préciser que je n’écris pas que pour moi-même. A ce jour, je suis en même temps écrivain mais aussi et surtout éditeur free-lance. C’est-à-dire, je prends les écrits ou les pensées des autres et je les aide à réaliser des livres. Je fais un peu ce qu’on appelle en littérature un travail de nègre.
J’ai compris, à la base, que tout le monde n’est pas écrivain ni de nature, ni de potentiel. Ce n’est pas tout le monde qui a cette facilité d’écrire et partager ce qu’il pense, bien que ce soit pratiquement tout le monde qui a un mot à dire ou qui pense.
Alors j’ai voulu être celui qui comble la distance entre les pensées de chacun et la matérialisation du rêve de mettre ces pensées par écrit. Comme on dit, les paroles s’envolent mais les écrits restent. Mettre ses pensées par écrit est l’une des meilleures manières de graver ses empruntes dans l’histoire.
Donc, en plus d’écrire pour les autres, lorsque j’écris pour moi-même, je fais un effort d’avoir des styles différents, mais ma thématique est beaucoup plus centrée sur le développement et l’amélioration des conditions de vie humaine par la redéfinition des concepts.
Ce qui fait que je touche, par exemple, à des sujets chrétiens comme «Ton Pasteur doit vivre de ton argent», des sujets spirituels comme «Première puissance mondiale», des sujets politiques et sociaux comme dans «A mon humble avis», du développement personnel comme «L’ART D’ECOUTER» etc.
J’aime redéfinir les concepts, remettre tout en question afin d’avoir mes propres mots pour les expliquer.
Je me suis rendu compte que, la plupart de fois, nous vivons mal plusieurs choses ou nous appréhendons mal la vie parce qu’à la base on nous l’avait mal défini. La mauvaise définition d’un concept a pour conséquence le mauvais usage de ce concept.
Et si on a l’impression que je parle plus de la chrétienté, c’est juste parce que la bible est ma première source d’inspiration. Mais en réalité, mon message n’est pas juste pour les chrétiens, j’essaye d’avoir une logique qui peut parler à qui veut l’entendre. En résumé, voilà ce sur quoi j’écris.
La Pros. : Que peut-on retenir essentiellement de votre ouvrage « L’art d’écouter – Savoir qui, quand et quoi écouter » ?
JI : Dans l’art d’écouter, j’expose l’écoute comme une habilité qu’il faut savoir manier, car elle est très déterminante pour l’avenir de l’homme. Déjà, je fais comprendre qu’une grande partie d’informations que reçoit l’homme tout au long de sa vie passe essentiellement par l’écoute.
Il est même prouvé médicalement que la capacité qu’à l’homme de parler correctement est étroitement liée à sa capacité d’audition, sa capacité à écouter. C’est ainsi d’ailleurs que la plupart, si pas tous les sourds sont aussi muets. Pourquoi ? Parce que celui qui n’entend pas ne peut pas parler. L’homme ne répond par les paroles que le son qu’il entend.
Et d’écouter, par extension, n’est pas seulement le fait d’utiliser son sens d’audition, mais c’est le fait de prêter attention à ce qui est dit, que ce soit par écrit, par des gestes, par des images ou tout autre langage de communication. L’écoute a une très grande importance dans la vie de l’homme. Du coup, compte tenu de son importance, l’écoute doit être maniée avec beaucoup de finesse. Voilà la raison pour laquelle il faut de manière très consciente tamiser et bien sélectionner ce que nous écoutons, qui nous écoutons et aussi quand est-ce que nous sommes supposés écouter. Car oui, il y a un temps pour tout, dit la Bible, un temps pour écouter, mais aussi un temps pour fermer ses oreilles.
Dans ce livre, donc, je partage quelques principes pratiques qui peuvent aider un individu lambda à pouvoir bien faire le tri lorsqu’il s’agit d’utiliser l’un des plus grands dons que le Créateur a mis en l’homme, à savoir l’écoute.
La Pros. : En conclusion, quelle critique faites-vous des œuvres littéraires des Congolais et quelle espoir donnez-vous à cet aspect littéraire et scientifique en RDC ?
JI : En ce qui concerne les œuvres littéraires congolais, je dirais que dans le domaine je suis certainement le moindre. Notre pays a des chefs-d’œuvre littéraires que j’ai moi-même côtoyés et quand tu les lis, tu te dis wow.
Il est vrai qu’il n’y a pas mal de travail à faire pour rattraper les autres pays, mais avec des amis nous réfléchissons beaucoup et travaillons sur la question.
J’ai beaucoup d’espoir pour ce domaine dans mon pays et voilà pourquoi je voudrais aussi apporter ma pierre à l’édifice.
Moi, je suis beaucoup plus dans le numérique et c’est dans cette plate-forme que j’aimerais beaucoup plus contribuer à l’essor de la littérature congolaise. Car le monde d’aujourd’hui et de demain, c’est le numérique. Sans faire trop de commentaires sur mes ambitions et mes projets, voilà en résumé ce que je pense.

(Propos recueillis par John Ngoyi)

Pin It

Statistiques

17745688
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
2914
10252
51169
17561587
641494
816200
17745688

Your IP: 66.249.66.221
2021-07-29 06:08

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg