Flash

BAN2

 

Artiste aux talents innombrables, Michelino Mavatiku Visi est un grand guitariste et auteur-compositeur qui a connu du succès tout jeune dans l’histoire de la musique congolaise moderne.  Meilleur guitariste de sa génération, ce virtuose doigté de la rumba congolaise a joué avec les plus grandes légendes de la scène congolaise comme Joseph Kabasele, Franco, Rochereau et Docteur Nico. Il a développé une carrière internationale et est l'auteur de plusieurs tubes dont "Michita" devenu son surnom.”

Des recherches menées sur le parcours élogieux de cette grande icône de la Rumba congolaise renseignent que Michelino Mavatiku Visi qui fut le trait d'union dans "Lisanga ya Ba Nganga" entre Franco Lwambo Makiadi, Rochereau Tabu Ley. Sa maestria dans la lecture des notes de musique l’a poussé jusqu’inventer la Mi- composé en guitare.  Ce grand esprit de la Rumba est encore vivant. Mais il a élu domicile en Europe. Le doyen –sage Mavatiku continue à rendre services à ceux-là qui connaissent bien ses capacités indéniables dans l’histoire de la musique congolaise. 

L’enfant de Matadi...

Mavatiku Visi aka Michelino est né le 15 mars 1946 à Matadi dans la province du Kongo central, de parents angolais. Il se plonge très jeune dans la musique, s’imprégnant dans cette ville portuaire de la RDC de tous les styles musicaux d’importation : musique mandingue (Guinée/Mali), highlife (Ghana), makossa (Cameroun), afro-cubain/mbalax (Sénégal) et son cubano.

A l’âge de 14 ans, l’adolescent se forme sur des guitares de fortune puis approfondit sa technique sur celles de ses aînés. Il se fait très vite une réputation dans son quartier. A 16 ans, le jeune adolescent débute au Comet Mambo.

De 1962 à 1965, Michelino joue au sein du Grand Micky de Matadi, une ville qui a vu naître des figures emblématiques de la musique congolaise comme l’Angolais Manuel d’Oliveira, inspirateur de futures légendes de la rumba congolaise (Joseph Kabasele, Tabu Ley Rochereau, Franco).

Michelino et l’école Kabasele...

Entre 1966 et 1968, Michelino fait ses classes au sein de « l’école Kabasele », en intégrant, d’abord l’African Fiesta Sukisa de Nicolas Kassanda aka Dr Nico, l’un des grands maîtres de la guitare congolaise. Auprès du maestro, il perfectionne sa technicité à l’instrument à six cordes.

Par la suite, il transpose notamment les jeux de marimba et de likembé sur son instrument de prédilection, adopte la technique de vibrato de la guitare hawaïenne et lance la « guitare mi- composé » (mi de son prénom Michelino), en introduisant une quatrième guitare dans la rumba congolaise. Ce virtuose fusionne en outre plusieurs styles (jazz, rhythm’n blues, rumba cubaine (son cubain), musique mandingue) pour obtenir un son original et panafricain.

Cette originalité lui vaut d’intégrer quelques mois plus tard, l’African Fiesta de Tabu Ley Rochereau apportant à l’orchestre sa panoplie rythmique et mélodique marquée par les sonorités lusophones.

En 1967, le groupe représentera le pays à l’Exposition Universelle de Montréal au Canada.

Michelino, Tabu Ley et Franco...

Musicien éclectique, avide de rencontres, Michelino fait un court passage (1968-1969) au Festival des Maquisards, composé de plusieurs auteurs-compositeurs : Dalienst Ntesa, Sam Mangwana (voix) et Jean-Paul Vangu dit « Guvano » (guitare).

Au sein de cette formation, Michelino compose ses deux premiers 45T, «Yambi chérie » et « Michita » devenu son nom d’artiste.

Il rejoint ensuite une figure légendaire de la rumba congolaise, Tabu Ley dans son orchestre Afrisa International. Là, il sera aussi entouré de musiciens majeurs dont Guvano Vangu (guitare), Bumba Attel (guitare), Ndombé Opetum (voix), Dizzy Mandjeku (guitare), Sam Mangwana (voix), et Josky Kiambukuta.

La tournée internationale de l’Afrisa International de Tabu Ley le mène à l’Olympia à Paris (1970) où sa fameuse composition, « Moussa » connaît un grand succès. Suivent en 1971 des concerts au Festival de Tunis puis au Théâtre Daniel Sorano de Dakar, l’occasion pour le Président Léopold Sédar Senghor, de remettre la Légion d’Honneur à Tabu Ley Rochereau. Michelino Mavatiku Visi est alors choisi comme lead guitar par Tabu Ley, et s’illustre par la chanson « Mongali » sortie en 1972.

Le succès vient en 1971 avec les sorties de « Makfe » et « Cassius Clay » réalisés avec l’Afrisa International. Quelques années après, le jeune virtuose est convoité dans le TP OK Jazz de Franco Luambo (1975/1979), l’autre grande figure de la rumba congolaise. Il s’impose également comme compositeur et lead guitare. Michelino se distingue avec le titre «Salima » de l’album « 20ème anniversaire ».

Dix ans plus tard, il sera associé aux deux maitres rivaux de la rumba, Franco et Tabu Ley réunis exceptionnellement par le producteur Tchica Tchica, pour un projet d’un album légendaire intitulé « Lettre à Monsieur Le Directeur Général». Les  deux maîtres de la rumba congolaise se produisirent ensemble à Bruxelles et à Paris, une tournée devenue légendaire dans l’histoire de la musique congolaise et africaine.

Les Conservatoires de Paris...

Au début des années 1980, Michelino décide de s’installer en Europe et pose sa griffe sur divers albums dont « Missile » de Josky Kiambukuta. Désireux d’approfondir ses connaissances musicales, il s’inscrit dans deux conservatoires de région parisienne et poursuit ses études pendant plusieurs années.

Les années 2000 voient la création de son label, les Editions Michita, et la sortie de plusieurs albums personnels : Le préservatif (2000), et Lisanga ya Banganga (2004)...

Jordache Diala

Pin It

Statistiques

24934663
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
12381
30834
168076
24594961
43215
682697
24934663

Your IP: 185.191.171.26
2022-10-02 12:25

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg