Flash

C’est étonnant. Mais c’est fort possible que cela soit ainsi dans la mesure où cette année qui est celle du 39ème anniversaire de l’Office Zaïrois de Radiodiffusion et de Télévision (OZRT), devenu Radio-Télévision Nationale Congolaise (RTNC), avec la révolution pardon du 17 mai 1997 qui a fait que Mzee Laurent-Désiré KABILA le 3ème Président de la République Démocratique du Congo, en remplacement du 2ème Président du Congo démocratique MOBUTU SESE SEKO KUKU NGBENDU WA ZABANGA qui est arrivé au pouvoir en évinçant le 1er Président de notre pays, Joseph KASA-VUBU.


La Radio et/ou la Télévision nationale congolaise ont joué, et continuent à jouer un rôle capital tant bien que mal dans l’accomplissement de leurs missions classique d’informer objectivement, de former/éduquer médiatiquement, et divertir sainement la population, dans une ambiance critique que cette population bénéficie des services que lui rendent la chaîne nationale depuis le régime du 1er Président de la République jusqu’au 5ème.
Ce dernier ayant décrété l’année 2020 « Année de l’action », après un passage pacifique et civilisé de pouvoir du 24 janvier 2019, issu des élections souverainement organisées en RDC, qui ont fait que le 4ème Président Joseph KABILA KABANGE et le 5ème Président Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO écrivent médiatiquement une page d’histoire que la Radio-Télévision nationale a fait parvenir le son et l’image dans la mémoire de chaque auditeur et chaque téléspectateur qui aura retenu ce que cette chaîne a retransmis. Le 2 avril de chaque année semble être propice pour la RTNC dans le cadre de la communion à avoir entre ceux qui croient que leur Radio-Télévision ne les satisfait plus comme cela a été à une certaine époque, où la politique de programmation se faisait suivant les objectifs poursuivis par le Gouvernement du pays, à travers la chaîne nationale, afin que soient satisfaits les attentes des auditeurs et des téléspectateurs de la RDC du milieu politique, professionnel et extra-professionnel.
En nous appuyant sur l’article 23 de la constitution de la RDC qui stipule que « Tout personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit implique la liberté d’exprimer ses opinions ou ses convictions notamment par la parole, l’écrit et l’image, sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public, et de bonnes manières », nous estimons que mettre « la RTNC à la barre » à la date du 2 avril 2020, pourrait être une occasion d’évaluer professionnellement le travail fait par la chaîne nationale depuis le 24 janvier 2019 jusqu’au 24 janvier 2020. La période de préparation pour le 2 avril 2020 prenant en compte la période qui va du25 janvier 2020 au 1er avril dito.
Il semblerait que la critique est aisée. Mais l’art est difficile. Il n’est pas interdit de critiquer, mais les critiques constructives sont plus importantes pour jeter un coup d’œil en arrière en regardant en avant. Et le 2 avril 2020 semble être une date qui pourrait permettre d’en savoir plus sur ce qui se dit de fonder ou d’infonder sur la RTNC, afin d’éviter à la RTNC la confirmation de l’expression qui dit que « qui ne dit mot, consent ».
Avec la mise à la barre de la RTNC du 2 avril 2020, la vérité ou le mensonge souvent racontées sur cet établissement public peut triompher. Ce qui serait une façon d’éviter les préjugés, les malentendus et les incompréhensions qui caractérisent souvent le jugement fondé ou infondé des auditeurs et des téléspectateurs de cette chaine nationale de la RDC. Il pourra en être ainsi pour les dates d’anniversaires des personnes physiques et morales modèles, notamment celles des partis politiques, entreprises et établissements publics, des ASBL et ONG de notre pays. Et cela si nous voulons que soient corrigées les erreurs commises par la RTNC et celles d’appréciation des auditeurs et des téléspectateurs. Ainsi sera bâtie une République Démocratique du Congo plus beau qu’avant, dans la paix.
Un travail à faire par toute la presse écrite et audiovisuelle de la RDC, et non seulement par la presse présidentielle qui pour nous n’est qu’une source de documentation pour l’actualité de l’institution Président de la République, et qui peut toutefois coproduire des programmes avec des chaînes de Radio-Télévision nationale et internationale. D’où la mise à la barre de la RTNC du 2 avril 2020 qui doit être comprise comme une date de réflexion et de méditation pour trouver des solutions aux problèmes qui se poseraient à son sein. Et au programme de cette date anniversaire pourrait être organisées des journées portes ouvertes bien sécurisées, des conférences débats sur cet établissement public, ainsi qu’un culte œcuménique de réconciliation et de pardon mutuel retransmis en direct sur la Radio-Télévision Nationale Congolaise. Culte au cours duquel on évoquerait les souvenirs de ceux qui ne sont plus avec nous.
Avec la mise à la barre de la RTNC du 2 avril 2020, l’honnêteté voudra qu’on reconnaisse les efforts faits par la hiérarchie politico-administrative de la RTNC du moment sur le plan du social et celui du matériel de production audiovisuelle. Même s’il y a encore un effort à faire en ce qui concerne la politique de programmation devant répondre aux attentes des auditeurs et des téléspectateurs de la RTNC. Une thèse que défendait le sage et monument de la musique congolaise moderne, LUTUMBA SIMARO MASIYA, de son vivant. Tout en prenant leurs avis et considérations en compte, les éléments de réponses pourront leur être donnés le 2 avril 2020.
Car, à cette date on cherchera à en savoir plus sur ce qui doit être fait médiatiquement pour combattre les antivaleurs come le clientélisme, le règlement de comptes, la flatterie, le népotisme, le masochisme, les commérages, les accusations gratuites, l’induction de la hiérarchie politico-administratif en erreurs, la division négative et autres, qui risqueraient de continuer d’empêcher cet établissement public de s’améliorer davantage.
En attendant cette date d’échanges du peuple congolais du milieu politique, professionnel, et extra professionnel avec sa chaîne nationale, il est déjà possible à la RTNC de mettre progressivement en application les grilles adaptées, établies vers la fin de l’année dernière, avant le 2 avril 2020. D’autres conditions à remplir pour mieux faire pourront peut-être intervenir, avant le 2 avril 2020.
Avec ces grilles adaptées aux circonstances du moment, certaines préoccupations de l’année de l’action pourront se faire sentir à travers des programmes de débats politiques, culturels, scientifiques, sportifs et autres, ainsi que des émissions d’éducation, soutenues par une autopromotion journalière ou hebdomadaire au niveau des antennes de la RTNC. On pourra en savoir un peu plus sur le rendez-vous du 2 avril 2020, où le plan de Dieu fera que le jugement de la cour rende les uns et les autres blanc ou noir. Ainsi, la raison reviendrait soit à la RTNC soit à ses plaignants auditeurs et téléspectateurs, aux critiques fondées ou infondées allant du 24 janvier 2019 au 2 avril 2020.

Aimé Isidore KAKUSA GULUNDUGA-MULONDO
Professionnel des médias et Formateur en audiovisuel

Pin It

Statistiques

7248777
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
22435
36518
156226
6883482
58953
932920
7248777

Your IP: 35.173.48.53
2020-07-02 15:21

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg