Flash

L’interconnexion étant un moyen par lequel deux réseaux de télécommunications sont directement connectés l’un à l’autre pour mettre en œuvre l’interfonctionnement de service, la dernière technologie chinoise vient de réussir à mettre en place quelques méthodes de contrôle adoptées par l’autorité de l’Etat chinois pour contrôler et limiter certaines cybercriminalités.

C’est le système de ‘‘contrôle asymétrique’’, qui permet selon à la loi chinoise en la matière, d’assurer une réglementation sur l’administration de l’interconnexion des télécommunications publiques, explique le professeur Zhou Gangshi, Docteur en droit à l’Université du Centre-Sud de Hunan, dans un entretien exclusif accordé au journal La Prospérité.

Certains réseaux de télécommunications qui se disent ‘‘grand’’, démontre-t-il, ont toujours tendance à empêcher d’autres réseaux considérés comme ‘‘petit’’ de bien fonctionner, ou carrément de les écarter dans le marché concurrentiel. Ils créent alors des contrecoups que la Chine qualifie comme une sorte de cybercriminalité. Tout compte fait, les régulateurs de télécommunications chinoises ont réussi à mettre en place ce système de ‘‘contrôle asymétrique’’, qui a pour objectif de soutenir et d’empêcher les principaux opérateurs d’abuser les avantages des autres.
En se référant à ce système de contrôle asymétrique, pense le scientifique chinois, les pays en voie de développement n’ont pas besoin de répéter le chemin emprunté par les pays développés : de la séparation des développements au développement intégré ; mais ils peuvent envisager l’intégration du système juridique des médias et du système juridique des télécommunications afin de promouvoir directement l’intégration entre l’industrie de la radiodiffusion, de la télévision à l’internet. Et c’est dans ce sens qu’on arrivera à contrôler et régulariser même les médias en ligne.

Vers la numérisation en Chine
En ces dernières années, la bande passante du réseau : internet et les réseaux mobiles s’est développé rapidement en Chine, ajoute le professeur Zhou Gangshi, et les changements technologiques dans l’informatique, les communications et le traitement de l’information ont conduit à la révolution numérique.
Selon le rapport statistique sur le développement du réseau chinois de décembre 2018, cite le professeur, le nombre d’internautes chinois s’élevait à 829 millions et le nombre d’utilisateurs d’internet mobile atteignait 871 millions, soit 98,6% de la taille d’internautes chinois. Les chiffres qui font allusion aux utilisateurs de vidéos en ligne, de la musique en ligne et de jeux. Et d’ajouter, ces données montrent que les terminaux mobiles tels que les téléphones sont devenus le vecteur culturel le plus influent de l’ère moderne.

Par contre, Zhou Gangshi a fait constater qu’à la première moitié de 2019, le nombre d’abonnés à la télévision par câble en Chine a diminué de 3,856 millions pour s’établir à 219 millions, et la part de la télévision par câble sur le marché chinois des émissions de télévisions à la maison a chuté de 49,02%. L’industrie de la radio et de la télévision en Chine est confrontée à des graves défis sans précédent, a conclu le professeur Zhou Gangshi.

Guy Elongo, Envoyé Spécial en Chine

 

Pin It

Statistiques

11455345
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
24890
27575
52465
11202085
661761
833699
11455345

Your IP: 3.237.66.86
2020-11-23 22:17

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg