Flash

En marge de la 22ème journée nationale de la Presse, l’Association Congolaise des Femmes Journalistes de la Presse écrite (ACOFEPE), a organisé une conférence-débat, le vendredi 19 juillet dernier, à l’espace Professeur Malembe de l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication (IFASIC).

C’est sous le thème «La Presse imprimée face aux Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication. Enjeux, Défis et Perspectives», que deux intervenants dont le Chef des Travaux Achille Ekele, ainsi que Maguy Mbuku, Directrice générale du média en ligne Pourelle.info, ont apporté un éclairci sur cette forme de presse.

Lors de son intervention, Achille Ekele a laissé entendre que dans l’histoire de la presse, au commencement était l’écriture. Etant la presse mère, la Presse écrite est l’âme de tous les médias car, tous sont nés d’elle ; elle a engendré la radio, la Télévision ainsi que la Presse en ligne. Même Renodeau, le Père du journalisme moderne le reconnait.
Jadis, les gens voulaient avoir les informations et les garder sur un support, c’est de là qu’est née la presse imprimée. ‘’Les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont celles qui nous appellent à développer notre travail chaque jour dans la société. Ce n’est pas intéressant de considérer la Presse en ligne comme une presse qui menace d’effacer la presse écrite car, elle constitue pour la Presse imprimée, une source abondante avec ce que les nouvelles technologies procurent comme avantages‘’, a relevé CT Achille Ekele. Il estime, par ailleurs, que les journalistes de la presse écrite ne doivent pas considérer ceux de la presse en ligne comme leurs adversaires ou vice-versa car, tous les journalistes font corps, ces deux presses sont absolument complémentaires.

De son côté, Madame Maguy Mbuku, en tant que Directrice d’un premier média en ligne qui défend les causes de la Femme, a dit que la Presse en ligne se positionne comme un support très important, qui séduit un grand public. Elle n’est pas venue pour bousculer la presse écrite, précise-t-elle, parce que les deux presses se complètent. ‘’D’ailleurs, l’une est issue de l’autre. Dans la presse écrite, les six questions de références sont respectées dans le journal papier, alors que la presse en ligne ne répond très souvent qu’à quatre questions. C’est une grande famille, la presse en ligne n’effacera jamais la presse écrite. Elle est un allié de la presse écrite‘’, a-t-elle renchéri.
Somme toute, Madame Maguy Mbuku a laissé entendre que dans leur combat de tous les jours, les professionnels de médias de la presse en ligne luttent contre la désinformation, les Fakenews, en publiant les bonnes informations et ont comme perspective majeur de réguler leur secteur.

Malgré le fait que la presse en ligne est reconnue par le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la Communication (CSAC), il n’y a aucun texte de la loi congolaise qui la régit. Etant un secteur nouveau, elle n’est pas protégée.
Madame Grâce Ngyke, Présidente de l’Association Congolaise des Femmes Journalistes de la Presse écrite (ACOFEPE), a dit que depuis sa création, cette association vise à stimuler un très grand nombre des femmes journalistes en presse écrite, un milieu qui semble être masculin pour certaines. Elle a ensuite remercié tous les participants pour leur présence et a appelé les autres journalistes femmes de la presse écrite à adhérer à cette association.

Joséphine Mawete

Pin It

Statistiques

11594050
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8881
24889
191170
11202085
800466
833699
11594050

Your IP: 66.249.66.82
2020-11-29 07:54

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg