Colors: Orange Color

Dans le souci de s’assurer du bien-être de la population lors des festivités de fin d’année, la ministre de l’économie nationale, Acacia Bandubola, a eu une séance de travail avec une délégation des opérateurs économiques qui œuvrent dans le secteur de l’alimentation.

*Depuis le début du siècle, les missions régaliennes de l’Etat moderne, c’est-à-dire, d’un Etat de droit se sont de plus en plus diversifiées, tout en entraînant ses objectifs vers la croissance économique qu’il doit atteindre.

A la dernière semaine du mois de juillet 2021, l’inflation nationale de la semaine s’est établie à  0,092%  contre  0,065%  la semaine précédente et à  0,096%  contre  0,070%  une semaine plus tôt à Kinshasa

En cumul, l’inflation a atteint  2,761%  au niveau national et 2,873% à Kinshasa. L'inflation   annualisée   se   situe   à  4,833%  au   niveau   national   et  5,032%  à   Kinshasa. En glissement annuel, elle a atteint 6,422% au niveau national et 6,650% à Kinshasa. A fin juillet 2021, l’inflation mensuelle est de  0,416%  au niveau national et de  0,430%  à Kinshasa, contre respectivement 0,385% et 0,466% à fin juin 2021.L’inflation de la semaine est consécutive notamment à la hausse des légumes, viandes, des poissons, des fruits, des tubercules, du carburant, des services de transport, des services de restauration, ainsi que des articles de bijouterie et d’horlogerie.

DIONZO NSELE Aimé Cyprien
Chargé de Communication INS

Le Ministre des Finances, Nicolas Kazadi, rencontre le Groupe de Coordination des Partenaires (GCP) pour le programme économique du Gouvernement soutenu par la Facilité Elargie de Crédit. Le programme conclu avec le FMI s'inscrit dans la vision de Son Excellence Monsieur le Président de la République Démocratique du Congo, après un diagnostic approfondi de la situation économique du pays mettant en évidence le faible niveau de développement du capital humain, le déficit d'infrastructures, la corruption, la mauvaise gouvernance et un climat d'affaires peu propice au développement du secteur privé.

Généralement, dans les pays envoi du développement, surtout ceux de l’Afrique Sub-Saharienne, discuter de la planche à billets est un sujet tabou. Nombreux sont ceux qui pensent que quand on parle de « faire fonctionner la planche à billets », on s’imagine généralement que l’Etat imprime des billets en grande quantité pour financer les dépenses publiques et relancer l’économie, ce qui selon une légende bien entretenue générerait de façon quasi-automatique de l’inflation.

L’économiste financier congolais Noël Tshiani, haut fonctionnaire international à la Banque mondiale à Washington, publie un livre consacré au franc congolais (FC). Créé sous Laurent Kabila le 30 juin 1998, " il avait déjà perdu toute sa valeur trois ans plus tard ", sans jamais réellement se relever, passant " de 1,3 FC en juin 1998 à 940 FC pour 1 dollar en janvier 2013 ", nous explique l’auteur.

Hélas, oui: l'économie est le domaine de prédilection du sophisme. J'ai beaucoup entendu parler de "la dépréciation du Franc congolais, de la surliquidité, de l'expansion de la masse monétaire, de la planche à billets, de l'hyperinflation, etc.". Et on se perd dans la théorie pour justifier le sort auquel l'économie nationale est presque condamnée : plus de misère et de pauvreté pour l'Etat et pour le peuple congolais, attisant plus de haine, de rancune et de division.

Le 23 juin 2020, à une semaine de la date de la célébration du 60ème anniversaire de l’indépendance de notre pays, j’ai publié ma première contribution à l’analyse des facteurs de la crise multiforme qui sévit au Congo Kinshasa depuis son indépendance.

Statistiques

23904775
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
15282
21572
125940
23630895
395177
641978
23904775

Your IP: 47.252.77.119
2022-08-19 12:04

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg