Colors: Orange Color

Il a, en effet,  brisé l’omerta à l’occasion du 61ième anniversaire de l’accession de la RDC à l’indépendance. Lui, c’est le Sénateur Rolly Lelo Nzazi, élu de la Circonscription du Kongo Central et Président de la Fondation qui porte son nom. Au cours d’une interview qu’il a accordée aux fins limiers de La Prospérité, il a passé au peigne fin le contexte économique du pays qui s’avère catastrophique, avant d’inviter tous les fils et filles du Congo à se battre pour conquérir définitivement l’indépendance économique devant permettre à la RDC de n’est plus être totalement dépendante de l’extérieur.  «On doit se battre pour accéder à l’indépendance économique », lâche-t-il avec un air très convaincant.

*C’est avec succès que s’est poursuivie, à Goma, dans la matinée du jeudi 1er  juillet 2021, la tournée de sensibilisation et d’accompagnement des jeunes entrepreneurs congolais sur l’Entrepreneuriat. Maître Eustache Muhanzi a indiqué, à l’occasion, que cette vision s’inscrit dans la droite ligne de la mise en place du programme national d'accompagnement des entreprises du Congo. C’est dans cette même optique, a-t-il fait savoir, que le Gouvernement vient à travers le projet " Rigide" instaurer une formation sur l'entrepreneuriat dans le cursus scolaire.

Comité d’Orientation de la Réforme des Finances Publiques «COREF»

PROJET DE RENFORCEMENT DE LA REDEVABILITE ET DE LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES «PROFIT- CONGO»

AVIS D’ATTRIBUTION DU MARCHE

« SELECTION D’UN CONSULTANT INDIVIDUEL POUR PRODUIRE L’EDIT -TYPE PORTANT REDDITION DES COMPTES EN PROVINCES »

AMI N°020/PROFIT-CONGO/CN/PM/03/2021

A l’issue des analyses et évaluations des différentes manifestations d’intérêt reçues pour la mission susvisée, j’ai l’honneur de vous informer que Monsieur MAVUELA MA KITAYI JOSEPH a été retenu comme consultant chargé de produire l’Edit-Type portant Reddition des Comptes en Provinces.

Je vous remercie de l’intérêt que vous avez porté à cet avis à manifestation d’intérêt.

Fait à Kinshasa, le 26/05/2021

Godefroid MISENGA MILABYO

Coordonnateur National

Le sommet virtuel sur le climat du président américain Joe Biden qui aura lieu du 22 au 23 avril 2021 est l’une des meilleures occasions à travers laquelle le président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo peut faire ramener des milliards à la RDC. Dans un mémo adressé au Chef de l’Etat à l’occasion de ce sommet, Marcel Mavinga, coordonnateur de l’ONG «Action pour la Sauvegarde de l’Environnement et le Développement», ASED, propose au 1er citoyen le service écologique des tourbières de la cuvette centrale qui pourraient faire capter des milliards au bénéfice du pays.

 

Ce sommet qui va réunir 40 dirigeants mondiaux dont 5 en Afrique va, selon Marcel Mavinga, offrir à la RDC (invitée) la possibilité d’avoir des milliards si et seulement si le Président de la République mettait en exergue les tourbières de la cuvette centrale. Le président de l’ASED  fait des suggestions à travers un plan que peut considérer le président Tshisekedi pour que le système écologique congolais soit une grande source de revenu pour le développement du pays.

Selon cet environnementaliste de renommée, la participation de la RDC  au sommet virtuel sur le climat organisé par le président américain Joe Biden est très capitale. C’est un avantage pour la RDC de présenter le service écologique de ses forêts représentant le 2ème poumon de la planète, mais surtout parler des tourbières de la cuvette centrale susceptibles de capter de milliards de dollars  au bénéfice du pays.

Marcel Mavinga indique que la volonté politique du chef de l’Etat en matière de lutte contre le changement climatique est un signal fort. Pour lui, c’est une illustration que la RDC est prête à participer aux rendez-vous du donner et du recevoir dans les négociations climatiques. «L’implication des USA et l’acceptation de la Chine de coopérer dans ce domaine, augure un lendemain meilleur», précise-t-il. A cet effet, il se dit très disponible lui et son ONG ASED pour mettre leur expertise au service de la Nation en vue du redressement avec simplement les tourbières de la cuvette centrale.

Dans son mémo, Marcel Mavinga explique qu’une tourbière est avant tout une zone humide où s’accumulent d'importantes quantités de matières végétale et animale. Celles-ci, après une décomposition très lente et très incomplète forment la tourbe. La vitesse d’accumulation de la tourbe varie de 5 à 10 cm par siècle; autant dire que ce n’est pas une ressource renouvelable.

La mise en place d’un task force finance climatique comme suggestion

Dans l’optique de fédérer des efforts du Chef de l’Etat, des Ministères de l’Environnement & Développement Durable, du Plan, de la Coopération Internationale et des partenaires, et ainsi capter les fonds dans l’architecture climatique internationale, le coordonnateur de l’ASED indique qu’il serait nécessaire de mettre sur pieds un “TASK FORCE FINANCE CLIMATIQUE”. Ce task sera chargé notamment, de mobilisation et suivi des initiatives de compensation; de création d’une cartographie de la finance climatique internationale; d’accompagnement des mécanismes de finance climatique existant en RDC; etc.

Enfin, Marcel Mavinga invite les deux présidents des Congo Kinshasa et Brazzaville de mener conjointement un plaidoyer afin de persuader la communauté internationale de la nécessité de compenser le service écologique des tourbières, outre celui des forêts du Bassin du Congo. Cette compensation assurera à coup sûr la pérennité de ces tourbières et la séquestration de la pollution mondiale. Par ailleurs, Marcel Mavinga reste très disponible pour tout coup de main au gouvernement à travers les services écologiques.

Gilbert Mulumba

La pandémie de Covid-19 continue d’avoir un impact sévère sur la République Démocratique du Congo (RDC), un état fragile avec des crises sanitaires et sécuritaires récurrentes, une forte volatilité macroéconomique et des institutions faibles. Le Conseil d’administration du FMI a approuvé un accord au titre de la FEC de 1.006 millions de DTS (environ 1,52 milliards EU) pour la RDC. L’approbation de l’accord au titre de la FEC permet le décaissement immédiat d’environ 216,9 millions de dollars EU pour renforcer les réserves internationales. L'enveloppe financière de trois ans soutiendra un programme de réformes structurelles ambitieux visant à promouvoir une croissance économique durable en intensifiant la mobilisation des recettes intérieures, améliorant la gouvernance et renforçant la politique monétaire.

Le Conseil d'administration du Fonds Monétaire International (FMI) a approuvé un accord triennal au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) pour la République Démocratique du Congo (RDC) d'un montant équivalent à 1.066 millions de DTS (100% de la quote-part ou environ 1,52 milliard de dollars américains). L'accord au titre de la FEC soutiendra le programme de réforme à moyen terme des autorités visant à maintenir la stabilité macro-économique, à accroître la marge de manœuvre budgétaire et à promouvoir une croissance économique durable et menée par le secteur privé. L'approbation de l'accord au titre de la FEC permet le décaissement immédiat d'environ 216,9 millions de dollars américains pour renforcer les réserves internationales. Cela fait suite au soutien d'urgence du Fonds à la RDC au titre de la facilité de crédit rapide (FCR) en décembre 2019, et en avril 2020 (en soutien budgétaire), pour un total de 533 millions de DTS (50% de la quote-part ou 731,7 millions de dollars américains, voir les communiqués de presse n°19/465 et 20/182). L'activité économique a fortement ralenti en 2020 à cause de la COVID-19. Le poids de la pandémie a été particulièrement ressenti dans l'économie hors mines, entraînant une contraction du PIB hors industries extractives de 1,3% en 2020. La faiblesse des recettes et l'augmentation des dépenses liées à la pandémie et à l'initiative de gratuité de l'enseignement ont entraîné un déficit budgétaire important. L'inflation a grimpé en flèche, alimentée par une dépréciation rapide du taux de change, et les réserves de change officielles brutes ont diminué sous le seuil de deux semaines d'importations. Un récent resserrement des politiques et une bonne performance du secteur minier soutiennent la stabilisation macroéconomique en cours, mais les perspectives économiques à court terme restent incertaines et dépendent de l'évolution de la pandémie ainsi que d'un environnement politique stable.

Le gouvernement de la RDC a élaboré un programme de réformes structurelles ambitieux, mais réaliste, visant à promouvoir une croissance économique robuste et durable. L'arrangement au titre de la FEC se concentrera sur trois domaines clés : (i) l'intensification de la mobilisation des recettes intérieures afin d'accroître la marge de manœuvre budgétaire pour les infrastructures et les dépenses sociales ; (ii) le renforcement de la gouvernance, notamment la gestion des ressources naturelles et la transparence ; et (iii) le renforcement du cadre de la politique monétaire et de l'indépendance de la banque centrale. L'accord au titre de la FEC devrait catalyser le soutien au budget et aux partenaires extérieurs.

A l'issue des débats du Conseil d'administration, M. Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président par intérim, a fait la déclaration suivante : « L'économie congolaise a été durement touchée par la pandémie de Covid-19 et se redresse en partie en raison des prix élevés des minéraux. Les autorités ont demandé un nouvel accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) pour répondre aux besoins prolongés de la balance des paiements et pour soutenir des réformes visant à maintenir la stabilité macroéconomique, à accroître la marge de manœuvre budgétaire, à garantir la viabilité de la dette et à promouvoir une croissance économique durable et menée par le secteur privé. L'accord FEC devrait catalyser le financement de partenaires externes.

Les autorités se sont engagées à créer une marge de manœuvre budgétaire pour répondre aux besoins d'infrastructure et sociaux tout en maintenant un risque modéré de surendettement. Les mesures visent à renforcer la mobilisation des recettes intérieures grâce à une TVA fonctionnant correctement, à la rationalisation des charges non fiscales et parafiscales, à l'uniformisation des dépenses fiscales et à la modernisation de l’administration des recettes. La discipline budgétaire devrait permettre d'augmenter les dépenses sociales, et éviter l'octroi d'avances par la BCC. Donner la priorité au financement concessionnel et à l'allégement dans le cadre de l'Initiative de suspension du service de la dette devrait favoriser la viabilité de la dette.

Les politiques macroéconomiques visent à juste titre au maintien d'une inflation faible et stable. Parmi les mesures importantes, notons la modernisation du cadre de politique monétaire et le renforcement de la situation financière, de la gouvernance et de l'indépendance de la banque centrale. Des mesures sont prises pour améliorer le cadre de supervision fondé sur les risques et la surveillance des banques. L'objectif des autorités est d'augmenter les réserves de change tout en permettant au taux de change d'agir comme amortisseur. Le renforcement de la gouvernance, y compris la gestion et la transparence dans le secteur des ressources naturelles, reste crucial pour soutenir la croissance menée par le secteur privé.

Les autorités ont fait des progrès dans la publication des contrats miniers et sur les dépenses liées à la Covid-19. Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour améliorer le cadre de LBC/FT afin de répondre aux normes mondiales et des mesures pour renforcer la résilience aux changements climatiques seraient bienvenues».

WASHINGTON, LE 15 JUILLET 2021

DEPARTEMENT DE LA COMMUNICATION

Ce lundi 19 juillet 2021, le Ministre des Finances Nicolas KAZADI a reçu en audience dans son cabinet, le Représentant Résident du FMI en RDC, Gabriel Leost, venu annoncer officiellement la conclusion du programme économique formel entre la République Démocratique du Congo et le Fonds Monétaire International (FMI).  

En effet, la conclusion de ce programme fait suite à son approbation par le Conseil d'administration du FMI le 15 juillet 2021. Ce programme triennal au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) du FMI est le programme formel conclu avec la République Démocratique du Congo depuis celui interrompu en 2012, et constitue le couronnement des efforts déployés par le Gouvernement de l'Union Sacrée de la Nation investi en mai 2021, sous la direction du Président de la République, Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO.  

Ce programme, qui s'inscrit dans les priorités du Gouvernement, vise à maintenir la stabilité macroéconomique et à placer la RDC sur la voie d'une croissance durable et inclusive, axée sur l'amélioration du capital physique et humain et sur une gouvernance solide. En effet, les réformes à moyen terme attendues du Gouvernement porteront principalement sur l'accroissement de la mobilisation des recettes intérieures, la promotion des investissements, notamment du secteur privé, pour favoriser une croissance durable et créatrice d'emplois, l'amélioration de la gouvernance et le renforcement du cadre de la politique monétaire.

Au titre de ce programme triennal allant de 2021 à 2024, la RDC bénéficiera d’une enveloppe globale de 1,52 milliards USD, dont le premier décaissement immédiat de 216,9 millions USD interviendra après approbation par le Conseil d'administration du FMI. Ces ressources, qui soutiennent la balance des paiements, permettront d'augmenter le niveau des réserves internationales, en vue de réduire la vulnérabilité extérieure et de renforcer la stabilité macroéconomique.  

Ainsi, la conclusion de ce programme avec le FMI constitue une opportunité pour le pays, dans un contexte de crise sanitaire due à la COVID-19, d'intensifier ses relations avec d’autres partenaires financiers, mobilisant ainsi davantage de ressources extérieures pour le financement du développement.  

Pour le reste, l’argentier national Nicolas KAZADI exprime, au nom du Gouvernement, sa gratitude aux membres du Conseil d’Administration du FMI, à l’équipe de mission ainsi qu’aux experts nationaux, et les félicite pour la promptitude dans la conduite harmonieuse des discussions. Il exprime le souhait d’une mise en œuvre satisfaisante de ce programme économique conclu avec le FMI afin de permettre à la RDC, cette fois ci, d'en assurer le succès.

Monday, 19th July 2021, Kinshasa, Democratic Republic of Congo. On Monday, July 19th, 2021, The Minister of Finance, Nicolas Kazadi and Gabriel Leost, the Resident Representative of the IMF in the DRC met to officially announce and bring to conclusion the formal economic program between the DRC and the International Monetary Fund (IMF).

 Quelques mois  après la reprise de ses fonctions de Directeur Général de la Société Congolaise des Postes et Télécommunications (SCPT), Didier Musete Lekan s’active déjà à colmater les brèches, quatre ans après sa suspension,  en relançant les activités de cette entreprise du portefeuille de l’Etat.

Le Premier Ministre sortant Ilunga Ilunkamba a présidé ce mercredi 14 avril 2021 à la Primature, la réunion hebdomadaire du Comité de Conjoncture Economique pour continuer la surveillance de la situation socio-économique du pays. Au cours de cette séance de travail, le CCE a passé en revue la situation conjoncturelle hebdomadaire de la période partant du 5 au 9 avril 2021. Il ressort notamment, que le contexte international est marqué par la publication des perceptives économiques mondiales d'avril par le Fonds Monétaire International (FMI).

Ces perceptives renseignent, en effet, que la croissance mondiale devrait s'établir à 6% en 2021, pour ralentir à 4,4% en 2022. En Afrique, ces perceptives renseignent qu'après avoir enregistré une contraction en 2020 de 1,29%, la croissance devrait rebondir pour atteindre 3,4% en 2021, beaucoup moins que la tendance prévue avant la pandémie à coronavirus en 2019.

Par ailleurs, le CCE note qu'au cours de la période sous revue, les activités minières se sont déroulées normalement sur toute l’étendue du territoire national, en dépit d’une diminution du volume des exportations minières avec comme conséquence la baisse de la redevance minière qui est de 16.462.429,49 dollars américains contre 13.828.7,95 dollars américains la semaine dernière. Les cours des métaux la semaine sous examen sont caractérisés par l'augmentation des prix de la quasi-totalité des métaux exportés par la RDC, à l'exception du Cobalt et du manganèse qui ont clôturé la semaine avec des baisses respectives de 1,99% et 0,41%.

Il convient de noter que suite aux informations sur les faits avérés de fraude, de contrebande minière et exportation minière illicite dans la province du Lualaba et confirmées par les autorités provinciales, le Ministre des Mines a suspendu le Chef de Division provincial « Mines et Géologie ».

Sur le plan sanitaire, les membres du Comité de Conjoncture Economique ont noté, selon les statistiques publiées par le Comité Multisectoriel de Riposte à la Covid-19, 188 nouvelles contaminations, soit 28.542 cas de personnes testées positives contre 28.354 au 4 avril 2021, avec 745 décès contre 739 une semaine plutôt.

Pour ce qui est de l'évolution des principaux indicateurs économiques, le CCE note dans le secteur réel, une décélération du rythme de formation des prix intérieurs au cours de la deuxième semaine du mois d’avril.

Aussi, le taux d'inflation national hebdomadaire s'est situé à 0,081% contre 0,089% la semaine précédente. L'inflation de la semaine est consécutive notamment, à la hausse des prix des produits de première nécessité.

La baisse de 10,2% à fin mars du stock des produits pétroliers détenus par Sep Congo pour couvrir la partie Ouest du pays en mars 2021 par rapport à fin février. Ainsi que la hausse de 9,1% de stock des produits alimentaires importés à fin mars 2021 par rapport à fin février.

Au secteur extérieur, on note le maintien d’une stabilité relative du franc congolais à l'indicatif et une dépréciation de 0,32% au parallèle face au dollar, au 9 avril par rapport au 2 du mois en cours. Le franc congolais s’échange à 1983,34 franc congolais pour un dollar américain à l'indicatif et à 2024,17 franc congolais le dollar américain au parallèle.

La Pros.

Grâce au financement approuvé par la Banque mondiale

« Kin Elenda » : 500 millions USD pour réduire l’exclusion socio-économique dans les zones urbaines

*Le Projet de développement multisectoriel et de résilience urbaine à Kinshasa, également connu sous le nom de « Kin Elenda », va bénéficier d’un financement de 500 millions de dollars de la Banque mondiale pour renforcer les capacités institutionnelles de gestion urbaine et améliorer l’accès aux infrastructures et aux services dans la capitale rd-congolaise. Ce financement alloué par l’Association internationale de développement (IDA) ouvrira ainsi des perspectives socio-économiques à la population kinoise.

Le projet dont le financement comprend un crédit et un don de l’IDA d’un montant de 250 millions de dollars chacun, profitera aux habitants les plus vulnérables de Kinshasa en améliorant l’approvisionnement en eau et en augmentant la résilience du réseau électrique, en particulier grâce au recours à des énergies renouvelables, renseigne le communiqué de presse du Groupe de la Banque mondiale en RDC.

Grâce à cela, plus de deux millions de personnes, dont 51 % de femmes, bénéficieront directement de meilleurs services, avec par exemple des raccordements à l’eau courante dans les logements, une moindre exposition aux inondations et la création d’espaces verts dans les quartiers de Kisenso, Ndjili, Matete et Lemba.

Il sied de préciser que toutes les composantes du projet viseront à atténuer les inégalités entre les sexes, au moyen d’activités destinées à améliorer la situation socio-économique des femmes et à réduire les violences de genre.

« Kin Elenda contribuera à résoudre les difficultés d’accès aux services de base et à réduire l’exclusion socio-économique dans les zones urbaines. Il s’attaquera aussi aux problèmes d’exposition aux aléas climatiques, qui affectent déjà Kinshasa et sont autant d’obstacles à un développement urbain durable », explique Jean-Christophe Carret, directeur des opérations de la Banque mondiale pour la République démocratique du Congo, le Burundi, l’Angola et Sao Tomé-et-Principe.

Par ailleurs, pour combattre les conséquences de la pandémie de COVID-19, Kin Elenda cherche enfin à protéger les pauvres et les personnes vulnérables et à préserver leurs moyens de subsistance en « reconstruisant en mieux », selon une démarche qui s’attache à favoriser une reprise inclusive et accroître la résilience au changement climatique.

Le projet appuiera également l’amélioration de la planification urbaine et la génération de recettes, participant ainsi au renforcement des services et de la gouvernance. En outre, grâce à des investissements dans l’entretien des infrastructures, des activités d’inclusion sociale et l’élargissement de l’accès à la formation professionnelle, le projet entend accroître le revenu des personnes vulnérables tout en stimulant la croissance et la productivité dans les secteurs prioritaires.

« Compte tenu des immenses défis auxquels la ville doit faire face, ce projet ouvrira la voie à un engagement à plus long terme de la Banque mondiale à Kinshasa, dans le cadre d’une série d’opérations dont le but est d’améliorer les conditions de vie des 9 millions de pauvres qui y vivent », précise Meskerem Brhane, responsable du pôle Développement urbain, résilience et foncier en Afrique de l’Est et australe à la Banque mondiale.

Fondée en 1960, l’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Elle accorde des dons et des prêts à taux faible ou nul pour financer des projets et des programmes de nature à stimuler la croissance économique, réduire la pauvreté et améliorer la vie des plus démunis.

Un des principaux bailleurs de fonds des 76 pays les plus pauvres de la planète, l’IDA a soutenu depuis sa création, des activités de développement dans 113 pays. Ses ressources bénéficient concrètement à 1,6 milliard de personnes.

Boris Luviya

Statistiques

18601628
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8087
14809
59737
18420022
336685
491245
18601628

Your IP: 66.249.83.73
2021-09-22 11:50

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg