Il s’avère plus doué pour ça. C’est un choix stratégique important de nature à être la base du développement économique et du progrès social. Il devra alors concentrer 90 % de ses efforts dans ce domaine et ne pas s’éparpiller dans des programmes ravageurs dans lesquels les atouts ne sont pas évidents et qui peuvent apparaître des charrues mises devant les bœufs.

Avec un Etat de droit, des secteurs seront entraînés durant ce mandat et d’autres au cours du prochain. Le problème est maintenant de plus de réflexions et de méthode pour que la construction de l’Etat de droit soit harmonieuse et une affaire de tous les congolais à travers des programmes spécifiques à tous les niveaux et dans tous les secteurs de la vie nationale.

L’Etat de droit, loin d’être l’affaire de la seule justice, consacre la primauté de la loi dans toutes les décisions, résolutions et options des institutions publiques. Les écarts sont corrigés ou réglés par la loi.

Il faut donc des réformes et des guerriers, des bâtisseurs, des ouvriers de cette œuvre. Il y aura des blessés, quelques mauvaises briques à remplacer, des morts, un mur mal fait à corriger ...Bref, des aléas de tout chantier. Mais la construction de l’Etat doit se poursuivre, cahein caha.

Ghislain Bamuangayi