Flash

Un pas dedans, un pas dehors. L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), quoiqu’au pouvoir depuis l’élection de Félix Tshisekedi, fin décembre 2018, n’attend point arrêter de maintenir la pression sur ceux qui gouvernent la Nation Congolaise.

Attendez ! La base de cette formation politique créée en clandestinité par les 11 parlementaires au mois de février 1982, a publiquement tenu à manifester vendredi dernier, son ras-le-bol. Fin de la coalition FCC-CACH, réhabilitation des bourgmestres Udps suspendus par le Gouverneur de la ville de Kinshasa et les travaux sempiternels de construction des sauts-de-mouton, sont les sujets qui ont poussé ces ‘’pauvres combattants’’ à exprimer leur mécontentement. Croyant que leurs désidératas vont être exaucés par Félix Tshisekedi à l’instar du feuilleton ‘’retirada’’ de signature de Genève, cette fois-ci, le fils bien-aimé du sphinx, ne semble plus l’entendre de cette oreille. Poing sur table, l’homme a vivement réitéré son engagement de poursuivre sa coalition gouvernementale avec ses partenaires du FCC de Joseph Kabila et de l’UNC de son Directeur de cabinet Vital Kamerhe.
A défaut d’une rupture de cette union ‘’sacrée’’ qu’est le FCC-CACH, la conjoncture du pays caractérisée par une crise économique inlassable a, quant à elle, poussé certaine frange des populations de passer en action, en retirant concomitamment leur confiance à l’homme sur qui beaucoup de personnes comptaient. Le temps de l’apprentissage étant révolu, une année après l’alternance au sommet de la RDC, ‘’Fatshi béton’’ n’a pas su améliorer les conditions de vie des populations. Pourtant, c’est sur ce terrain qu’il était beaucoup plus attendu. « Le peuple d’abord » a-t-il aujourd’hui encore du sens ? Les promesses de campagne électorale semblent très éloignées de la réalité. Malgré sa politique diplomatique et ses multiples pérégrinations à travers les quatre coins du globe, des investisseurs peinent à venir investir dans un pays où l’instabilité politique reste persistante. D‘aucuns espèrent qu’avec des récentes nominations à la magistrature, ses nouveaux animateurs pourront, de ce fait, mettre toutes les batteries en marche pour combattre la corruption et l’impunité qui ont longtemps gangrené la société congolaise. Pendant ce temps-là, les voix s’élèvent pour rappeler au 5ème Chef de l’Etat congolais de se concentrer sur la politique interne qu’externe de son pays. Lui qui vient d’être élu 1er Vice-président de l’UA et Président de cette organisation en 2021, cette responsabilité va-t-elle influer positivement sur l’économie congolaise ? Mystère, la conjoncture ne disant pas son dernier mot, la rupture totale avec sa base de l’Udps, d’une part, et la majorité des congolais, d’autre part, pourrait lui être fatale à l’avenir s’il n’arrive toujours pas à réaliser ses promesses.

La Pros.

Pin It