La commission de discipline de la Confédération africaine de football (Caf), continue à frapper les arbitres qui se méconduisent sur terrain.

Après le zambien Janny Sikazwe qui a officié la demi-finale retour de la Ligue de champions 2018, opposant Espérance de Tunis à Premeiro d’Agosto, à Rades, annulant volontairement le but de qualification des Angolais en faveur des Tunisiens (2-4), qui du reste, sont mêmes devenus champions d’Afrique, vient à présent le tour de l’Algérien Mehdi Adib Charef, qui a été aux commandes de la finale aller de cette même Ligue de champions 2018, mettant aux prises, Al Ahly d’Egypte à l’Espérance de Tunis (3-1).

L’arbitre international algérien avait, au cours de ce match, accordé deux penalties très douteux à Al Ahly contre l’ES Tunis malgré le recours à l’arbitrage vidéo (VAR).

L’homme en culotte noir algérien, âgé de 38 ans, n’ira plus à la prochaine Coupe du Monde des clubs de la Fifa, où il était qualifié pour prester.

Pour rappel, Mehdi Abid a fait ses apparitions à la Coupe d’Afrique des Nations 2015, où il a officié le match Côte d’Ivoire-Guinée de la phase de groupe ; il a été à la Coupe du Monde de moins de 17 ans en 2015 en Chili, officiant les matches Allemagne-Australie, France-Paraguay. Au Championnat d’Afrique des Nations Chan Rwanda 2016, il a officié le match Mali-Ouganda ; à la Coupe d’Afrique des Nations Can 2017, il a fait le match Ghana-Mali (phase de groupe), et Ghana-Burkina-Faso, match de la troisième place.

Ce n’est pas tout. Mehdi Abid est réparti encore à la Coupe du Monde de moins de 17 ans en 2017 en Inde, et a fait les matches Allemagne-Costa Rica, Honduras-Nouvelle-Calédonie, puis le quart de finale 100% africain Mali-Ghana.

Au mois de janvier 2018, il était au Maroc pour le Championnat d’Afrique des Nations. Il avait officié le match Zambie-Ouganda (phase de groupe), et Soudan-Libye (match de la troisième place).

Guy Elongo

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout