Le président de la Fédération internationale de football association (Fifa), Gianni Infantino, a échangé avec quelques représentants des clubs africains, mardi, au siège de la Confédération africaine de football (Caf), en présence du président Ahmad AMAD.

14 clubs sur les 18 invités ont répondu présent à cet appel du n°1 du football mondial. L’AS V.Club a été représenté par son secrétaire général, Patrick Banichay, qui a servi comme source d’information de votre journal.

L’entretien a tourné sur l'organisation du football continental qui demande un accompagnement de tout le monde, afin de le sortir de sa léthargie. Et cette organisation part au niveau des clubs. D’où, cette déclaration de Gianni Infantino à l’ouverture de cet échange : ‘‘sans les clubs, il n’y a pas de football’’.
Les participants ont partagé sur le calendrier international des matches: clubs et équipes nationales ; sur les revenus et potentiels des investissements; sur l'arbitrage; sur la licence des clubs; sur les transferts des joueurs et sur la sécurité dans les stades.

Dans tous ces points, Gianni Infantino a placé les représentants des clubs devant leur responsabilité. Il leur a demandé d'être ambitieux et de proposer des plans progressistes. On ne doit pas continuer à laisser 50 clubs d'Europe Occidentale s'accaparer du monopole du football éternellement, a-t-il dit aux mandataires des clubs africains.
Il s'en est suivi un dialogue direct et franc qui a retenu l'attention de l'homme de la FIFA qui, dans sa conclusion à la fin de cette réunion, a promis de revenir en Afrique, cette fois-ci avec des propositions concrètes, fruits de ces échanges. Le président de la FIFA a vraiment promis de mettre un accent sur les transferts, où une loi doit être faite pour protéger, non seulement les joueurs, mais aussi les clubs, particulièrement ceux d'Afrique qui sont sucés par les clubs riches censés les aider à sortir de leurs difficultés financières actuelles.
Il en est de même de la régularisation des indemnités de formation et de celles de solidarité que beaucoup des clubs ne bénéficient pas bien qu'ayant droit.

De son côté, Ahmad Ahmad a salué le soutien très louable de l'organe faitier du football mondial et la contribution des présidents de clubs pour le développement du football africain. Il a en outre remercié tous les participants pour leur volonté du changement traduit par leur présence malgré leurs nombreuses occupations et surtout leurs différentes interventions très pertinentes qui ne manqueront pas d'aider la FIFA dans son souci de mondialiser le football, aujourd'hui dominé par une cinquantaine de clubs nantis d'Europe Occidentale et d'Europe Orientale au détriment du plus grand nombre.

Le président du TP Mazembe, Moïse Katumbi, a, au nom de tous les participants, remercié le président de la FIFA pour cette initiative d'associer les clubs à partager sur leur vie future et a promis le soutien total des clubs africains à cette noble démarche du n°1 du football mondial.

EG

Les plus lus