Chose promise, chose due ! Les enfants et orphelins, épouses et veuves ainsi que tous les autres dépendants des militaires et policiers ont, comme annoncé, battu le pavé des rues de la ville de Kinshasa, dans le cadre de leur marche pacifique initiée par l’Asbl Telema Muana Mapinga (TMM).

Ce, pour dire ‘’non aux inégalités sociales que subissent les hommes en uniforme ainsi que l’effectivité de l’amélioration des conditions de ces derniers et leurs dépendants. Bien qu’empêchés par les forces de l’ordre, ces proches des militaires sont parvenus à fouler leurs pieds à la Cité de l’UA. Et, étant donné le timing chargé du Chef de l’Etat qui accueillait certains ambassadeurs, ils ont été reçus par le protocole d’Etat qui a promis une suite favorable par rapport à leur requête de rencontrer personnellement le Président de la République, afin de lui remettre le mémorandum qui recense principalement leurs désidératas.

Chants, banderoles, rameaux, dans une attitude de paix ; tous unis comme un seul homme, les dépendants des policiers et militaires ont pris d’assaut la place Magasin Kintambo, lieu prévu comme point de départ de ladite marche. L’Asbl TMM n’a point cédé aux différentes menaces qu’aurait subies principalement sa coordonnatrice, Christella Kiakuba, à la veille de cette manifestation.
Déjà, ces dépendants des militaires réunis au sein de cette structure estiment avoir franchi un point important dans leur démarche et ce, même s’ils n’ont pas rencontré le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Cependant, une délégation conduite par Christella Kiakuba qui a été reçue par le protocole d’Etat devrait revenir à la Cité de l’UA, ce mercredi 15 janvier en vue d’harmoniser en bonne et due forme une rencontre avec le Garant de la nation. «Le Président nous a envoyés une délégation, et celle-ci nous a demandés de prendre, à l’instar de moi la coordonnatrice et le secrétaire permanent, une veuve militaire et policière, un enfant de policier ou militaire, ainsi qu’un orphelin d’un policier décédé, pour un rendez-vous ce mercredi. Et, à leur tour, ils prendront rendez-vous avec le Chef de l’Etat, et vont nous programmer pour déposer nos vouloirs au numéro Un des congolais. Notre objectif c’est de voir le Chef de l’Etat, nous ne voulons pas des intermédiaires », a déclaré Christella Kiakuba, avant d’ajouter : « Le Commandant suprême des forces armées, Félix Tshisekedi est notre premier papa, il va nous recevoir comme tout congolais, nous l’avons voté et nous sommes derrière lui. Je profite de l’occasion pour mettre en garde les ennemis du développement, particulièrement ceux des hommes en uniformes, qui nous empêchent de procéder conformément aux lois de la République »

Plusieurs manifestants dont les veuves ont renseigné, dans cette foulée, qu’elles reçoivent des revenus minimes chaque fin du mois, au nom de leurs maris décédés. « Mon mari est tombé sur le champ de bataille, je suis une pauvre veuve avec cinq enfants, mais voilà qu’à peine je reçois près de 30.000 par mois. Je me demande pour en faire quoi ? Que le Président de la République s’imprègne personnellement de la situation », se plaint une veuve militaire.

Il sied de noter, par ailleurs, que cette manifestation s’est tenue conformément à l’article 12 de la Constitution qui parle de l’égalité de tous les congolais devant la loi ; ainsi que l’article 12 du statut des militaires des Forces armées de la République qui dispose : « le militaire jouit de tous les droits et libertés reconnus aux citoyens…».

Raphaël Mansangu

 


Les plus lus