Il s’est tenu du 24 au 27 novembre dernier à Brazzaville, en République du Congo, la réunion de consultation de haut niveau des Ministres du Genre et de la Justice de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), sur la mise en œuvre de la déclaration de Kampala concernant la prévention et la suppression des Violences Sexuelles et celles Basées sur le Genre.

C’est Béatrice Lomeya Atilite, ministre d’Etat en charge de Genre, famille et enfant, qui, en effet, a représenté la RD. Congo dans cette réunion. Elle a déclaré qu’il était question d’identifier et déterminer les actions qui permettront d’accélérer l’applicabilité de ces recommandations de Kampala. «Désormais, il y aura un canevas d’évaluation et suivi de toutes ses actions », a-t-elle dit, tout en faisant notamment allusion à la campagne de 16 jours d’activismes lancée depuis le 25 novembre dans le cadre de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Constatant qu’il n’y a pas eu des avancées significatives sur l’applicabilité de cette déclaration depuis sa validation en 2011, les ministres du Genre et de la Justice de ces pays de Grands Lacs, après évaluation, ont approuvé plusieurs rapports, à l’issue d’une réunion des experts sur ces questions des violences faites aux femmes et celles basées sur le genre. Il s’agit, entre autres, du rapport actualisé sur la mise en œuvre de la déclaration de Kampala, le rapport sur les tribunaux spéciaux, les sessions extraordinaires et les procédures spéciales qui actualisent l’état de la mise en œuvre de la résolution 8 de la déclaration de Kampala, ainsi que la loi type portant création de tribunaux spécialisés sur les Violences Sexuelles Basées sur le Genre. Et, quelques recommandations ont été aussi formulées, avant d’appeler les Etats membres de la CIRGL à l’utilisation de la loi type, portant création et fonctionnement de tribunaux spéciaux de sessions extraordinaires et de procédures spéciales.

Par ailleurs, les Ministres du Genre et de la Justice de la région de Grands Lacs ont exprimé leur soutien aux efforts déployés par le Secrétariat de cette organisation sous régionale et le mécanisme régional de formation de la CIRGL (CRF), en vue d’accélérer la mise en œuvre des instruments de la CIRGL liés à la lutte contre les Violences Sexuelles Basées sur le Genre.

Il sied de rappeler que la Déclaration de Kampala sur la prévention et la suppression des Violences Sexuelles et celles Basées sur le Genre a été signée en 2011 par 11 Chefs d’Etats et de Gouvernement de la CIRGL. Ladite déclaration comporte trois axes, à savoir : la prévention, la prise en charge des victimes des violences ainsi que la lutte contre l’impunité.

Joséphine Mawete


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout