Les travailleurs de la Société Congolaise des Transports et Ports (SCTP) ex. ONATRA sont en colère contre le ministre congolais des Finances, M. Sele Yalaghuli. Et pour cause, il serait à la base du gel de leur salaire qui avoisine 22 mois d’arriérés, les condamnant ainsi à une vie de dépendance totale ou mieux, de clochardisation ou chosification.


A la recherche des solutions, les travailleurs de la SCTP, via la délégation syndicale, sont allés frapper à la porte du Conseil National de Suivi de l’Accord de la Saint Sylvestre et du Processus Electoral (CNSA) pour rencontrer M. Joseph Olenghankoy Mukundji, son Président national afin qu’il implique résolument dans cette affaire et trouve une solution idoine à leur revendication.

Au terme de leur entretien, Joseph Olenghankoy a promis de tout mettre en œuvre ou de faire tout ce qui est de son pouvoir pour qu’une solution rapide et durable soit trouvée.
Interrogé par la presse au sortir de l’audience leur accordée par le numéro un du CNSA, M. Armand OSASE, président de l’Intersyndicale nationale de la SCTP s’est exprimé en ces termes : ‘’Nous sommes satisfaits de l’entretien fructueux que nous avons eu avec le président du CNSA et allons-nous inviter les travailleurs d’être calme et de nous faire confiance. De ce fait, nous nous apprêtons d’organiser une grande cérémonie de restitution aux travailleurs en vue de leur annoncer la suspension momentanée de préavis de grève amorcé, tout en restant vigilant mais aussi, pousser le ministre des Finances à revenir sur sa décision’’.

Le représentant de l’Intersyndicale a, par ailleurs, fustigé le comportement qu’il qualifie d’antisocial du ministre des Finances qui, par sa propre volonté, ne peut s’arroger le droit de fouler aux pieds une décision prise au cours d’une réunion tripartite convoquée sur ordre de la plus haute instance du pays.
‘’Le président du CNSA nous a rassuré qu’il verra les autorités concernées pour pouvoir décanter la situation’’, a-t-il rappelé.

Sur un autre chapitre, la SCTP fait face à la spoliation de ses immeubles, sites ou domaines en ce compris, des ports fluviaux mettant ainsi l’entreprise dans un état de quasi arrêt d’exploitation.
C’est pourquoi, les travailleurs de l’ex. ONATRA, par la bouche de l’Intersyndicale nationale, sollicitent l’implication personnelle du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, président de la République pour la récupération immédiate de tout ce patrimoine spolié.

Eugène Khonde

 


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout