Dernières publications

Au cours d’une conférence organisée par la plateforme « investir pour un Congo Emergent », qui s’est tenue vendredi 20 septembre dernier dans la salle de spectacle ShowBuzz, Augustin Matata Ponyo Mapon, Premier ministre honoraire de la République démocratique du Congo, s’est exprimé sur la question de la gratuité de l’enseignement de base rendue effective par l’actuel Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

A l’en croire, ladite gratuité avait progressivement débuté sous son mandat dans quelques provinces de la RDC. L’occasion faisant le larron, Matata a saisi cette opportunité pour parler longuement sur la question de financement de la gratuité de l’enseignement de base.

Le Premier ministre honoraire a beaucoup insisté sur le financement de cette gratuité de l’enseignement de base, car les résolutions du forum sur l’éducation qui a eu lieu à Fleuve Congo Hôtel, a tablé sur un montant de 2. 600 000 000 de dollars américains, pour une bonne prise en charge des enseignants par le Gouvernement congolais. Pour l’ancien Premier ministre, ce montant représente la moitié du budget de l’Etat congolais. En parlant de cette table ronde, il convient de noter que ces assises avaient formulé quelques recommandations, à travers la création d’une taxe de solidarité afin d’augmenter le financement interne et de diminuer la pression sur le ménages et tant d’autres recommandations visant à mobiliser l’argent en vue de répondre aux attentes des enseignants.

Matata et la gratuité
Lors de la séance de questions-réponses, un étudiant lui a posé la question en ces termes : «Monsieur Matata, vous nous parlez de leadership et de bonne gouvernance. Pourquoi quand vous étiez Premier ministre, vous n'aviez pas pu assurer la gratuité de l'enseignement, reconnue pourtant par la Constitution? A Matata Ponyo de répondre : C'est une option extraordinaire prise par le Chef de l'Etat Félix Tshisekedi d'assurer l'accès à l'éducation de base à tous, car sans éducation, on ne peut pas prétendre se développer. La gratuité a progressivement débuté sous notre mandat dans quelques provinces».

Ce technocrate doute de l’aboutissement de cette gratuité, car argumente-t-il, c’est le transfert d’une dépense d’un secteur à un autre. Selon lui, la gratuité ne devrait pas se faire de manière brutale, mais plutôt progressive comme le gouvernement de l’époque, sous sa direction, l’avait déjà commencé dans quelques provinces de la RDC. « La gratuité de l’enseignement de base est une question capitale et le Président Kabila avait abordé cela. Cette question n’a pas commencé aujourd’hui, elle était déjà d’application pendant que nous étions au gouvernement. On avait commencé par les provinces de l’intérieur», a-t-il tenu de le faire savoir. Et de renchérir : ‘’La gratuité c’est un contenu, c'est-à-dire que les dépenses prises en charge par les parents doivent maintenant être prises en charge par l’Etat. C’est le transfert d’une dépense d’un secteur à un autre’’.

Richard Mfumu

 


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout