1er Août, c’est la journée internationale dédiée aux parents. Mais, en République Démocratique du Congo, cette fête s’ajoute à celle de la commémoration des morts. Des membres de famille vont au cimetière de leurs proches pour s’incliner, nettoyer et déraciner les herbes tout autour des tombes, voire repeindre.


Comme à l’accoutumée, le monde était au rendez-vous au cimetière de Kinsuka, dans la commune de Mont Ngafula pour cette année. Malheureusement, l’état de ce cimetière construit en 1978 laisse à désirer. Les morts cohabitent avec les vivants. Quand les uns se mettent dès leur arrivée à mettre la propreté dans les tombes de leurs chers, les autres, par contre, cherchent les leurs qui sont introuvables.
Dans ce cimetière, les tombes sont profanées. La population construit des maisons et y habitent sans gêne. Or, cette pratique est illégale aux yeux de la loi. La déclaration de la désaffectation de ce cimetière a été faite par le nouveau gouverneur de la ville de Kinshasa, il y a quelques mois. Et même si c’était le cas, il faudrait attendre 50 ans pour construire. Et, pourtant, c’est le contraire constaté au cimetière de Kinsuka.
Des maisons sont construites sur les tombes et quand les membres des familles de ces cadavres viennent pour la commémoration, ils trouvent des vivants à la place de leurs êtres morts.
Il sied de rappeler que quelques années passées, l’ex-Gouverneur de la ville de Kinshasa avait donné l’ordre de démolir toutes ces maisons. Mais quelque temps suivant l’exécution de cette mesure, les maisons sont de nouveau construites, même les champs de maïs, manioc, canne à sucre et autres y poussent comme des champignons. Curieusement, les gens construisent avec l’autorisation des autorités coutumières de ce lieu.
Approchée, la fille aînée d’une famille où la tombe de leur maman était introuvable explique que cela fait quelques années qu’elle vit sous d’autres cieux, elle a profité de son séjour à Kinshasa pour visiter le sépulcre de sa mère. Chose étonnante, la tombe est toujours introuvable. En suivant quelques indices indiqués par son frère cadet, elle a plutôt trouvé une maison à la place de la tombe.

«Ma mère est morte, il y a de cela 7 ans. Mes frères et sœurs viennent entretenir ce lieu, ils l’ont toujours trouvé. L’année passée, ils ont repeint le sépulcre et mis la propreté mais aujourd’hui, nous venons et nous ne la trouvons pas. Plus grave encore, il n’y a aucune autorité au bureau du cimetière pour répondre à nos questions ».
Cette demoiselle et sa famille étaient, visiblement, très déçues de voir la tombe de leur pauvre maman vendue par les soi-disants sans abris. Il n’y a aucune trace de la tombe de leur mère. « Nous rentrons chez nous très déçues, fâchés, mais je ne lâcherais pas cette affaire, s’il faut aller en justice, nous irons pour retrouver ne fût que la dernière demeure de notre maman », enrichit-elle.
Les occupants de ce cimetière ont laissé entendre que fautes de moyens, pour se trouver des maisons à louer, ils se mettent à construire soit en briqueen terres cuites, soit en tôles pour y habiter avec leur famille, tout en reconnaissant, paradoxalement, que cet acte est illégal.

Seulement quelques tombes rappellent que ce lieu est un cimetière, les vivants occupent en ce moment plus de place que les morts. Ils ont un centre de santé et même une école. Ils n’ont pas d’accès à l’eau potable et eux-mêmes creusent des puits d’eau qui les exposent aux multiples maladies. Ils se sont faits un monde à part.
Le gouvernement doit revoir l’état de lieu de ce cimetière de Kinsuka. Que cette décision du gouverneur de désaffectation de ce lieu soit suivie à la lettre, parce que les enterrements clandestins continuent et les vivants y construisent toujours des maisons.

Ornella Muleka


Statistiques

4782856
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8063
6698
21204
4690826
38137
640929
4782856

Your IP: 34.239.172.52
2020-04-07 18:43

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg