Dernières publications

L’Agence Nationale pour la promotion des investissements (ANAPI), a organisé deux journées de sensibilisation et de vulgarisation sur les réformes mises en œuvre par le gouvernement, à travers les différentes administrations pour assainir l’environnement des affaires et rendre le pays compétitif à l’échiquier tant national, régional que continental.

Du 30 au 31 juillet 2019, à l’Université Protestante au Congo (UPC), les matières sur les Petites et moyennes entreprises ainsi que les Grandes entreprises y sont développés sous le thème général : « Pour un Congo prospère, travaillons tous : amélioration du climat des affaires ». Des intervenants œuvrant dans le secteur économique sont présents pour échanger avec le grand public.

Il est question pour l’ANAPI, au cours de ces deux journées, de donner des informations sûres et détaillées sur la création d’une entreprise. Ce qui explique la présence des acteurs de tous les secteurs s’occupant de cette procédure.
Le Guichet unique, l’OPEC, quelques banques de la place, l’ARCA et plusieurs autres entreprises ayant réussi leur implantation dans le pays étaient au rendez-vous pour accompagner cette agence qui aide aujourd’hui, même les plus démunis, à créer des entreprises ou à investir pour s’assurer la sécurité vitale. Petites ou moyennes entreprises, toutes participent au développement du pays, a appuyé le Directeur Général de l’ANAPI, Antony Nkinzo Kamole.
Cependant, des entrepreneurs, étudiants, commerçants et experts économiques ont pris part hier à cet atelier de sensibilisation de la population organisé par l’ANAPI.

A cette occasion, cet organe technique du gouvernement chargé de promouvoir l’image positive de la République Démocratique du Congo ainsi que des opportunités spécifiques d’investissement, a fait venir les entités importantes qui permettent ou facilitent la création des entreprises au pays pour donner plus d’éclairage à tous ceux qui veulent se lancer.
Le DGA de l’Office de Promotion des Petites et Moyennes Entreprises (OPEC) M. Biduaya a laissé entendre que ‘’beaucoup des Petites et moyennes entreprises (PME) échouent par la mauvaise conception de l’idée ou le plan du projet à réaliser‘’. Selon lui, plusieurs congolais échouent dans leurs entreprises, faute d’expérience et d’expertise adéquates. ‘’Avant de commencer toute activité, il faut se poser de bonnes questions. Il faut être doté des compétences nécessaires pour concevoir une idée d’investissement pour éviter des faillites‘’, a-t-il précisé. Il estime, pour sa part, que les petites et moyennes entreprises doivent être suivi et encadrées car, elles sont aussi vecteurs de développement d’un pays.
Riche en couleur, cette activité de haute facture a ouvert l’esprit des nombreux congolais, qui vivent actuellement en ignorant les procédures de création d’une entreprise.

Coût élevé des taxes
Présent dans cet évènement, le Directeur Général du Guichet Unique de création d’entreprise (GUCE), M. Amisi Herady n’a pas manqué d’intervenir pour donner plus de lumière sur des points ténébreux. Par ailleurs, plusieurs congolais se sont plaints du coût que leur infligent certaines taxes pour arriver à faire asseoir une affaire. Chose que le DG de l’ANAPI a recadré car, dit-il, cette agence appui aujourd’hui tous ceux qui ont de belles et efficaces initiatives d’entreprise, et dit que les taxes sont un problème qui se pose dans tous les pays du monde. Quant aux Chefs des Banques, il leur a été reproché de ne pas donner des prêts aux nouveaux et même aux anciens entrepreneurs.
A ce sujet, quelques responsables des banques de la place n’ont pas usé de langue de bois témoignant qu’il s’agit d’un problème de confiance dans notre pays. Rien ne garanti souvent que le prêt sera payé à la date donnée… aussi, ‘’nous faisons circuler l’argent des ménages d’autrui. C’est pourquoi nous sommes très sévères en matière de donner aux gens qui peuvent un jour où l’autre manifester l’insolvabilité. D’ailleurs, nous avons déjà vécu cela‘’, affirme un responsable de banque.

Du moins, plusieurs coins obscures sur la création d’entreprise, la procédure au guichet unique qui ne dure que 3 à 5 jours, le soutien de l’ANAPI et de l’OPEC ont donné satisfaction à plusieurs. C’est donc aujourd’hui que prendra fin cet atelier qui aura permis à une multitude de se jeter dans l’eau désormais sans crainte.

La Pros.

 


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout