La ville de Kinshasa va accueillir, le mercredi 30 janvier 2019, par le biais du Programme de Lutte contre la Trypanosomiase Humaine Africaine (PNLTHA), une délégation composée de huit ministres africains de la santé, dont les pays s’évertuent dans l’éradication de cette maladie.

Il sera question, au cours de ces assises, de discuter sur les mesures à prendre afin de finir avec cette infection aussi appelée «maladie du sommeil», d’ici 2020 dans toute la région africaine.

La Trypanosomiase humaine africaine (THA) est une maladie tragique provenant d’un parasite «trypanosome», pouvant attaquer même le cerveau en cas de négligence. La transmission se fait par voie de piqure d’un insecte appelé mouche ‘’tsé-tsé’’. Ce dernier injecte son venin dans le sang humain et la contamination est instantanée. Voilà pourquoi, les huit Etats, en l’occurrence l’Angola, l’Ouganda, la Guinée, la RCA, le Congo, le Soudan, le Soudan du Sud et la RDC, se sont mis ensembles pour discuter des voies et moyens pouvant concourir à l’élimination, d’ici 2020, de ce fléau qui menace la santé publique de leurs populations.

En effet, c’est pour la deuxième fois que la RDC va célébrer cette journée nationale de lutte contre la THA décrétée en 2018. A cet effet, le 30 janvier restera désormais une date commémorative dédiée à la journée nationale de la lutte contre la Trypanosomiase humaine africaine.

Le docteur Danilo Makiala a déclaré que le THA est une menace permanent vu qu’elle touche surtout les zones de santé rurale et urbano rurale. Par ailleurs, un expert au PNLTHA, M. Félicien Mansinga a salué donc cette initiative, qu’il juge très importante, du fait qu’il permettrait à ce que des fonds consistants soient mobilisés aux fins de terrasser cette maladie du sommeil.

D’ores et déjà, à en croire certains sondages, les PNLTHA ont déjà consenti beaucoup d’efforts dans cette lutte et ont pu baisser le taux d’infection de la Trypanosomiase de 0,70 % en 2011 ; 0,11 en 2015 à 0,4% en 2017.

Grâce Kabedi