Le collectif de médecins non primés à travers son Représentant, le Docteur Jean Claude Gibemba Sedi a rappelé, mercredi 11 décembre 2019, à l’opinion publique que leur objectif primordial n’est rien d’autre que l’organisation des ateliers d’alignement prévue dès ce mois de décembre par le gouvernement central au travers son Ministère de la Santé lors des échanges avec le Ministre de tutelle afin d’aligner les médecins à la prime de risque et faire une programmation pour le reste des médecins.

En même temps, il a fait savoir que lors de leur dernière assemblée générale, ils avaient décidé à l’unanimité qu’au moment où cet atelier n’a pas eu lieu, ils reprendront avec un sit-in ce vendredi 13 décembre 2019 et passeront la nuit à la belle étoile à l’immeuble intelligent où se tient le conseil des ministres pour réclamer le début de l’atelier.

Ainsi, le Docteur Gibemba a laissé comprendre que le contrôle physique qui est en cours ne peut pas handicaper les évènements qui doivent précéder l’alignement des médecins. «Nous avons rencontré les différents ministres, du budget, des Finances, de la Santé, le secrétaire général aussi et puis les conseillers de la Présidence de la République. Nous devrions commencer les ateliers pour l’alignement au 4ème trimestre. Le ministre de la Santé avait promis que cela devrait se passer pendant ce mois alors à la date où nous sommes, l’allure n’est pas bonne. C’est pourquoi, nous allons venir réclamer ce vendredi l’ouverture des ateliers pour l’alignement des médecins», a-t-il déclaré. A l’en croire, ils vont user de tous les moyens constitutionnels pour faire entendre leur droit. D’ailleurs, ce collectif projette une marche pacifique dès le 25 décembre 2019, apprend-on. «Si les ateliers ne commençaient pas, le vendredi nous avons un sit-in plus garde, le 25 décembre aussi, pendant que vous vous serez en train de fêter, nous on va passer la nuit à la belle étoile parce que nous n’avons pas d’argent pour aller fêter. Et puis nous allons continuer à passer la nuit dehors jusqu’à ce que nous allons trouver gain de cause », a-t-il expliqué. Par ailleurs, le Représentant du collectif des médecins a salué la volonté du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi ainsi qu’aux autorités du pays de mettre fin à l’anarchie qui sévit dans le secteur de la Santé en initiant un contrôle physique qui, du reste, est un exercice administratif de routine et normal. Sans nul doute, dit-il, c’est pour la première fois dans le secteur de la santé, mais il souhaite que celui-ci soit une voie de sortie de crise de la gestion des ressources humaines sur tout le plan.

Christian Okende