L’Unité de Renforcement Institutionnel et Réformes (RIR) du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) a ouvert, ce 19 novembre 2019 à Kinshasa, un atelier de renforcement des capacités des membres de la Commission nationale des Droits de l'Homme (CNDH) en droits catégoriels.

Notamment, les droits de l'enfant et les conflits armés, de la femme, des personnes vivant avec handicap, des personnes vivant avec le VIH/Sida ; la lutte contre les violences sexuelles etc. Il y a lieu de préciser que cet atelier a été organisé en vue d’apporter une compréhension de l'approche holistique des droits de l'homme dans l'exécution de la mission des membres de la CNDH, laquelle se focalise à la promotion et protection des droits de l'homme en République démocratique du Congo.

Aussi, en perspective d’assurer une protection et une promotion intégrale de tous les droits reconnus par les instruments internationaux, régionaux et nationaux en droits catégoriels. En effet, l'objectif est d'interpeller les membres de la CNDH de ne pas hiérarchiser, ni prioriser, moins encore dissocier les droits de l'homme qu'ils soient des droits des individus ou des droits collectifs. Car, les droits de l'homme constituent la pierre angulaire pour consolider démocratie, l'Etat de droit, la paix et le développement en RDC.

Dans le speech du directeur du BCNUDH, lu par M. Raphaël René Yoho Fils, Coordonnateur de l'Unité de Renforcement Institutionnel & Réformes du Bureau, les participants ont été exhortés au respect du rôle de la CNDH qui est de faire la promotion et la protection de droit de l'homme qui consiste à en faire une réalité en passant de l'idéal invoqué à la norme appliquée.

C'est dire qu'ils doivent, sans doute, respecter leur mission qui est de promouvoir tous les droits de l'homme de manière transversale dans l'ensemble des secteurs de la vie publique pour l'avènement d'une réelle gouvernance démocratique.
«Après les différentes sessions de formation sur des thématiques comme monitoring des violations des droits de l'homme, les techniques d'enquêtes et d'élaboration de rapports, la saisine des mécanismes nationaux, régionaux et internationaux de protection des droits de l’homme organisée, le présent atelier vise à renforcer vos connaissances sur des thématiques spécifiques notamment, les droits de l'enfant, de la femme, des personnes vivant avec handicap, des personnes vivant avec le VIH/SIDA, ainsi que la lutte contre les violences sexuelles et la protection des victimes et témoins… C'est donc en vue de mieux vous outiller dans la conception, la planification et la mise en œuvre des activités de votre institution que cette session de formation a été conçue», a précisé M. Raphaël au nom du Directeur du BCNUDH absent.

Et d'ajouter que le Bureau conjoint des Nations Unies aux Droits de l'Homme est disposé à poursuivre l'accompagnement initié et une pleine collaboration pour les échéances futures, qu'il s'agisse de la poursuite des plaidoyers auprès du Parlement pour le vote de lois conformes aux standards internationaux, la collaboration de la commission avec les Mécanismes internationaux et régionaux de protection de droits de l'homme, et le suivi de la mise en œuvre des recommandations et observations finales desdits Mécanismes, etc.

Enfin, il les a exhortés de s'approprier les enseignements de cet atelier pour mieux accomplir leur mission. Car, l’une des missions du BCNUDH est l’assistance technique et le renforcement des capacités des institutions nationales chargées de la protection et de la promotion des droits de l’homme en RDC. Ceci, en vue de promouvoir l’indivisibilité et l’interdépendance qui sont, entre autres, les principales caractéristiques des droits de l’homme.

Car, la volonté de l’Etat congolais de promouvoir et de protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales de ses citoyens s’est notamment, traduite par son adhésion à plusieurs instruments juridiques au plan international et régional.

Jules Ntambwe