Pour beaucoup, ce tête-à-tête est l’illustration parfaite d’un pays réellement démocratique.

Il est extrêmement rare, en Afrique francophone, de voir un Président de la République en place prendre langue avec son prédécesseur, ce dernier ne résultant nullement de la famille politique du premier. Oui, de ce fait, ce qui s’est passé en République Démocratique du Congo, devrait à priori, inspirer les autres pays du continent noir. Tenez ! Hier, dimanche 17 février 2019, à la Cité de l’Union africaine, située à quelques encablures du Mont-Ngaliema, le nouveau Chef de l’Etat, M. Félix Tshisekedi Tshilombo, a reçu la visite du Président de la République honoraire, Joseph Kabila. Quelle a été la raison de cette rencontre ? Et que cache-t-elle ? Mystère. Car, en fin de compte, aucune information n’a été livrée à la presse.
Promesse d’antan ?

Les deux personnalités politiques du pays étaient visiblement très détendues, affichant l’ambiance d’une parfaite collaboration. Pour rappel, c’est la première fois que les deux hommes se retrouvent, en tête-à-tête, depuis la cérémonie de remise-reprise qui s’était tenue le vendredi 25 janvier dernier, au Palais de la nation. Ainsi, arrivé à la Cité de l’union africaine, après des chaudes accolades, Joseph Kabila a échangé en toute convivialité avec son successeur, Félix Tshisekedi, qui, depuis trois semaines déjà, continue à exercer ses nouvelles fonctions, avec l’objectif d’instaurer un véritable Etat de droit comme il l’avait promis. D’où, tout laisse croire que les deux hommes ont honoré leur promesse respective, faite en marge de la récente cérémonie d’investiture. Notamment, des rencontres régulières, à chaque fois que le besoin se fera sentir.

A en croire certaines sources concordantes et dignes de foi, Tshisekedi et Kabila se sont entretenus d’abord en tête-à-tête, cela avant d’élargir le cercle à quelques collaborateurs du Chef de l’Etat. Dans cette foulée, l’on a signalé la présence de son Conseiller Spécial en matière de sécurité, en la personne de François Beya. Cependant, quoique rien n’ait filtré, il semblerait que les deux hommes aient abordé la question épineuse concernant la nomination d’un

Premier ministre et d’une probable formation du futur gouvernement, qui aura une grande responsabilité, celle d’accompagner le Président de la République. Qu’à cela ne tienne, il est lieu de signaler que cette rencontre intervient après que le Chef de l’Etat ait finalisé sa première tournée dans la sous région, où il était en visite à Luanda en Angola, à Nairobi chez son pair Uhuru Kenyatta, sans oublier Brazzaville où il a échangé longuement avec le Président Sassou N’guesso.

Probablement, ces trois visites précitées dans la sous-région, ainsi que sa participation à la 32ème session de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine, qui s’était déroulée le dimanche 10 février 2019, à Addis-Abeba en Ethiopie, ont fait l’objet des échanges. A tout dire, les dessous des cartes de cette rencontre surprenante étaient, éventuellement, les enjeux de l’heure.

Merdi Bosengele

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout