Une des personnes qui se sont réservées de postuler à la présidence suite aux divers désordres qui se présageaient, le Prince Luc Fikiri Murefu, puisqu’il s’agit de lui, a salué la victoire officielle de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo au scrutin présidentiel organisé le 30 décembre 2018.

Pour cet avocat évoluant aux Etats-Unis d’Amérique, le peuple congolais se doit au moins de se contenter de cette élection quand bien qu’elle soit toujours contestée par une frange des protagonistes électoraux notamment, la coalition Lamuka, avec son candidat Martin Fayulu. Me Luc Fikiri a, en effet, émis ses propos depuis le pays de l’Uncle Sam, lors d’un entretien avec votre journal, le mercredi 23 janvier 2019.
Luc Fikiri a, d’entrée de jeu, signifié que toutes les irrégularités qui ont régi les élections organisées par Corneille Nangaa et sa caste composant la CENI étaient déjà prévisibles. Voilà pourquoi, il était un peu pessimiste quant à la tenue effective de ces scrutins. Aujourd’hui que les dés sont jetés et que Félix Tshisekedi ait remporté la cagnotte finale, ce haut cadre de la société civile congolaise a appelé le peuple congolais, dans sa généralité, à accepter cette victoire d’autant qu’elle permet à la RD. Congo de vivre sa première alternance pacifique, civilisée et démocratique au niveau de l’institution Président de la République. A cet effet, il a félicité le leader de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) qui, à ce jour, va succéder à Joseph Kabila. Dans cette même foulée, Fikiri Murefu a comparé le triomphe de Fatshi comme ‘’la victoire d’une colombe de Dieu mais entourée de faucons’’. D’où, le nouveau président devra donc écarter tout œil malicieux tout au long de sa magistrature afin de conduire la nation congolaise vers des meilleurs horizons. Parlant d’un avenir radieux pour le Congo, cet avocat expérimenté a invité le Chef de l’Etat entrant à créer un nouveau ministère chargé de combattre la corruption ainsi qu’une police spécialisée dans le contrôle et la lutte contre cette dernière qui est devenue monnaie courante dans le chef des autorités du pays. En même temps, il l’a demandé à ce fils d’Etienne Tshisekedi de déclarer la date du 23 mars «journée nationale de génocide de plus de huit millions des congolais».
Eu égard à ce qui précède, le Prince Fikiri a exprimé sa désolation pour ce qui est de l’échec déclaré de Martin Fayulu par la Cour Constitutionnelle en faveur de l’autre opposant Félix Tshisekedi. «Pour mon frère Martin Fayulu, je sais que c’est très difficile pour lui et je suis désolé. Mais, nous devons nous rappeler que même les élections du Pape Jean Paul II ou du Pape François n’étaient pas saintes », a-t-il conclu.

Corneille Lubaki

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout