Les Candidats Président de la République, préoccupés par une série de ce qu’ils qualifient d’illégal et d’antidémocratique, n’ont pas célébré Noël dans la quiétude.

Martin Fayulu, Théodore Ngoy, Seth Kikuni et cinq autres candidats de l’opposition ont appelé le peuple congolais à l’extrême vigilance et à la plus grande mobilisation pour que la victoire du peuple sur la dictature ne lui soit pas volée ce dimanche 30 décembre 2018. A travers une déclaration faite le 25 décembre 2018, considérant ainsi la détermination de la CENI à organiser des élections chaotiques en RDC, ils préviennent la Centrale électorale qu’elle portera toute la responsabilité des conséquences qui découleront de la tenue des telles élections. Concernant les informations diffusées le 23 décembre 2018 par la chaîne de télévision TV5 Monde en rapport avec la transmission électronique des résultats de vote et la confirmation de celle-ci par le rapporteur adjoint de la CENI, ces candidats demandent aux opérateurs des réseaux téléphoniques implantés en RDC de mettre à la disposition du public tous les numéros des cartes Sim vendues à la CENI et appellent à les désactiver pour se conformer à la loi électorale. Ci-après, la déclaration intégrale des opposants.
Déclaration des candidats Président de la République sur le processus électoral en cours et sur le résultat auquel il donnerait lieu
Nous, Candidats Présidents de la République aux élections du 23 décembre 2018, reportées illégalement et irrégulièrement au 30 décembre 2018 ;
Considérant le refus de la CENI de procéder à la convocation formelle de l’ultime réunion de concertation, sollicitée par lettre, signée en nos noms, par les Candidats Président de la République Théodore Ngoy et Martin Fayulu en date du 20 décembre 2018 ; Considérant les attaques dirigées par la police nationale, à Kindu, à Lubumbashi, à Kalemie et ailleurs, contre les électeurs et le Candidat Président de la République, Martin Fayulu ;
Considérant la décision irresponsable du Gouverneur de la ville de suspendre, illégalement et sans qualité, la campagne électorale des Candidats Président de la République dans la ville de Kinshasa ;
Considérant le déni de justice commis, à ce jour, par Monsieur le Procureur Général près la Cour de cassation, pour avoir négligé ou refusé d’entendre sur le Procès-verbal Monsieur Kimbuta, pour avoir commis les faits prévus et punis par les dispositions de l’article 81 de la Loi électorale, à la suite des plaintes déposées contre lui par les Candidats Président Théodore Ngoy et Martin Fayulu, pour avoir suspendu la campagne ; Considérant le déni de justice de la CENI qui a refusé de prendre les mesures prévues par la loi électorale pour sanctionner le candidat du pouvoir sortant pour avoir usé du personnel et des services publics de l’Etat au service de la campagne ;
Considérant la décision de la CENI de reporter unilatéralement, irrégulièrement et illégalement la date des opérations de vote, de déclarer illégalement et irrégulièrement la fin de la campagne électorale et de supprimer en catimini des bureaux de vote dans la ville de Kinshasa et ailleurs ;
Considérant que le report du vote a été précédé par un certain nombre d’incidents, manifestement délibérés, dont l’incendie de l’entrepôt de la CENI, incendie annoncé, à l’avance, par le Conseiller diplomatique du Président de la République sortant ;
Considérant que la CENI a annoncé, qu’en dépit de la destruction prétendue de huit mille machines consumées dans l’incendie mais dont on ne voit point les restes elle organiserait les élections au 23 décembre 2018, avant de se rétracter in extremis, pour des raisons peu convaincantes ;
Considérant qu’aucune enquête sérieuse, à l’échelle nationale ou internationale n’a établi les causes de l’incendie, ni ses vrais auteurs, à ce jour ;
Considérant, par contre, que selon le journal «Libre Afrique», l’adjudant-chef de poste, qui était de garde le matin de l’incendie, rapporte qu’il a été évacué de l’entrepôt avec son équipe pour être remplacé par des gardes présidentielles, avant l’incendie et qu’aucune machine à voter n’y avait jamais été entreposée ; Considérant que le Président de la CENI a convoqué sa conférence de presse du jeudi 20 décembre 2018 au cours de laquelle il a annoncé sa décision unilatérale, irrégulière et illégale de reporter la date de la ténue des élections sans consulter au préalable les parties prenantes que nous sommes. Pire, après avoir consulté les ambassadeurs, les Confessions religieuses, le FCC et son candidat ainsi que quelques autres candidats Président de la République de son choix, selon ses propres mots, c’est par la voie des SMS que le Président de la CENI nous avait invité à une réunion au Palais du Peuple, sans considération aucune pour nous ;
Considérant les informations communiquées par la CENI lors de la réunion informelle au Palais du Peuple selon lesquelles elle serait dans l’incapacité d’organiser les élections à Yumbi, dans le MAI NDOMBE suite aux violences qui y ont éclatées récemment, non plus qu’à Béni et Butembo à cause de l’épidémie d’Ebola ; Considérant les informations diffusées le 23 décembre 2018 par la chaîne de télévision TV5 Monde en rapport avec la transmission électronique des résultats de vote et la confirmation de celle-ci par le rapporteur adjoint de la CENI et du personnel chargé de la formation ; Considérant que la CENI a commandé des cartes Sim auprès des opérateurs de téléphone mobile, ce qui corrobore les informations recueillies par TV5 Monde sur le vote électronique interdit par la loi ;
Prenant à témoin le Peuple Congolais et la communauté internationale, dans sa diversité ; Déclarons que la CENI ainsi que Monsieur Corneille Nangaa, manifestement déterminés à organiser des élections chaotiques en RDC, porteront toute la responsabilité des conséquences qui découleront de la tenue des telles élections ;
Demandons aux opérateurs des réseaux téléphoniques implantés en RDC de mettre à la disposition du public tous les numéros des cartes Sim vendues à la CENI et les Appelons à les désactiver pour se conformer à la loi électorale.
Exigeons que la CENI adresse une lettre à ses opérateurs dans le sens de les enjoindre de désactiver ces cartes Sim ;
Appelons le peuple Congolais à l’extrême vigilance et à la plus grande mobilisation pour que la victoire du peuple sur la dictature ne lui soit pas volée ce dimanche 30 décembre 2018 ;
Fait à Kinshasa le 25 décembre 2018
Les Candidats Présidents de la République

Les plus lus