La campagne électorale pour la compétition de trois scrutins du 23 décembre 2018 s’achève le 21 décembre 2018 à minuit avec l’appel de Laurent Batumona à la prise de conscience du choix de vote devant les urnes.

Il est convaincu du reste que le candidat présidentiel n°20, Félix Tshisekedi est sur le chemin de la Magistrature suprême. Directeur de campagne adjoint de Cach, il s’appuie sur le bilan très positif de la campagne électorale. ‘’Les initiatives et les actions de proximité ont convaincu les électeurs à adhérer au projet de société, d’abord et ensuite, à se rendre massivement aux bureaux de vote le jour des scrutins sont une preuve éloquente’’. Ainsi, a-t-il appelé les Congolais a opéré un bon choix.
Le peuple congolais est devant un dilemme
Après avoir suivi les différents programmes de campagne des candidats président de la République, députés nationaux et provinciaux, le choix de nouveaux mandataires pose un cas de conscience. En premier et dernier lieu, 17 ans de misère ! Laurent Batumona s’interroge : le peuple congolais avait-il fait un bon choix aux élections passées ? Sans ce bon choix, pour lui, on ne peut pas construire un pays. ‘’Les massacres perpétrés au cours de ces années, l’égoïsme de la classe dirigeante, l’impunité, la misère effroyable du peuple congolais, la décadence du tissu économique, tout ce désordre stigmatisé par les séducteurs des électeurs pendant la campagne, démontre que le peuple avait basculé vers un mauvais choix’’, décrit Batumona. A cet effet, il invite le peuple congolais à se réveiller pour bâtir la 5ème République en votant ‘’Félix Tshisekedi, l’Homme qu’il faut à la présidence de la République’’, abstraction faite de tout tribalisme et par ricochet écarter les dinosaures de la gestion du bien public.
Invitation d’espérance et de vote
Il lance une invitation d’espérance et de vote avec le ticket n°20 Félix Tshisekedi pour l’élection présidentielle et n° 508 et n° 45 pour Laurent Batumona à la députation nationale et provinciale. Les élections pour la RD. Congo est cette grand-messe, explique-t-il, au peuple congolais, qui pérégrine sur terre avec les hommes et les femmes de son temps : ‘’Elles gardent une mission : présenter un président de la République et des parlementaires. En ce moment de la fin de la campagne électorale, la lumière brille encore et permet à chaque électeur de regarder à la bonne direction face aux turbulences des forces politiques’’.
Cette esquisse de prise de conscience, pour les élections du 23 décembre 2018, trouve alors sa justification pour autant que l’évènement électoral soit attendu par le peuple congolais comme la propédeutique d’une aire nouvelle pour notre pays. Devant un tableau sombre de la vie sociale et économique de notre pays, il est nécessaire, dit-il, de jeter un regard rétrospectif pour, enfin, pousser tous les fils et filles de ce pays à manifester le besoin de l’urgence qui est le changement de la RDC. Il démontre que dans la sollicitation de prise de conscience de Congolais est de faire comprendre que les structures de l’Etat, les normes de gouvernance jusque-là connus demeurent confisqués par un groupe d’homme. ‘’Ceux-là même qui ont géré ce pays ont, dans leur discours de campagne, opté pour une réforme profonde de toute la vie nationale, après plus ou moins 18 ans passés à la magistrature suprême’’, démontre-t-il.
Les Elections en RDC pèsent sur l’avenir de la Nation et il convie les Congolais à répondre massivement au vote.
Les urnes posent la question, Jésus-Christ ou Barabbas ?
Il prend l’image des Juifs qui dans le fond de leur conscience à la question qui fut posée aux foules par Pilate. Celle de savoir qui ils voulaient entre Jésus ou Barabbas ? Selon lui, cette question est pour nous, aujourd’hui, une piste devant nous permettre de revisiter nos attitudes lorsque nous seront appelés à opérer un choix important.
Se référant à la question de Pilate, Laurent Batumona rappelle que les Juifs avaient sollicité la grâce d’un détourneur des biens publics, corrupteur, briguant en demandant que soit crucifié un innocent, un homme qui est passé au milieu d’eux en faisant du bien Jésus-Christ. ‘’Peuple congolais nous sommes conviés à répondre à la question de Pilate devant les urnes’’. La réponse que chacun d’électeur donnera, déterminera, prévient Batumona, l’avenir de toute la nation congolaise : la continuité de la misère ou le changement. ‘’Nous laisserons-nous influencer par les ‘’réponses’’ que soufflent ceux qui sont jaloux de voir les fils et filles de notre pays recouvrer leur dignité et vivre heureux ?’’ N’acceptez pas d’élire les personnes que votre conscience connaît bien qu’elles sont encore impliquées dans la souffrance du peuple congolais et sacrifier le ticket n° 20 qui aime et se bat pour bien sécuriser les Congolais à tout point de vue, interpelle-t-il les Congolais. C’est ainsi qu’il demande aux Congolais d’être acteurs de votre libération, car, ajoute-t-il, aucun peuple ne peut se libère par procuration.
Les raisons d’Espérance avec Cach
A la veille des élections, Laurent Batumona estime que le risque est grand de s’y présenter vaille que vaille puisque l’on est désespéré. Chrétien pratiquant, il emprunte le propos de Jésus-Christ pour affirmer que ‘’tout est possible à celui qui croit. ‘’Par notre acte électoral, nous devons répondre aussi à la question de savoir à qui nous accordons notre mandant électoral. ‘’ Pour quelqu’un qui a passé plus d’une dizaine d’année à méconnaître la valeur inviolable de la loi et de l’homme, peut-il être capable de redonner la joie et l’espérance de vivre ?’’ Selon le candidat n° 508 et 45, les Congolais n’ont pas le droit de désespérer. ‘’Notre pays est au bout du tunnel pour sortir de la misère dans lequel l’ont plongé certains patriotes égoïstes. Il recommande de voter pour le Camp du changement dont vous êtes sûr qu’ils défendront les intérêts du peuple congolais et s’occuperont du bien général de la Nation.

Peter Tshibangu

 

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout