Dernières publications

Le samedi 15 décembre 2018, par le biais des plénières, les deux chambres du Parlement ont clôturé concomitamment, comme pour marquer l’atterrissage en beauté et respecter la procédure exigée, la session ordinaire de septembre 2018.

Devant quelques Députés et Sénateurs fin mandat, les Présidents de l’Assemblée Nationale ainsi que du Sénat ont mis fin à la session budgétaire de septembre 2018. A la Chambre Haute du Parlement, ladite plénière a été, comme toujours, présidée par Léon Kengo Wa Dondo qui, contrairement à son homologue de la Chambre Basse, dans son allocution, a brossé la situation générale de la chambre qu’il dirige depuis qu’il détient le bâton de commandement. ‘’ Cette session qu’on clôture est la dernière de la législature, nous la clôturons conformément aux articles contenus dans les lois fondamentales de la RDC parmi lesquelles l’article 115 de la Constitution. Cette session a été pour nous longue, complexe et mouvementée car, nous avions eu la mission de remonter la charpente de notre pays‘’, a déclaré le Président du Sénat.

La loi est dure mais c’est la loi, dit-on. Même si l’assemblée plénière souffrait d’une pénurie des ‘’honorables‘’ en fin mandat, à peine quelques têtes étaient visibles, pour des raisons de campagne pour certains et nombreuses autres pour d’autres, la fin s’est avérée impérative et inévitable.
Puisque dans moins d’une semaine, juste après la bataille de choix de nouveaux locataires de la Chambre Basse, les élus provinciaux se chargeront d’élire les Sénateurs au nom de ce même peuple. Ce qui explique la cérémonie officielle du samedi 15 décembre 2018.
Tradition
Au cours de son adresse, Léon Kengo Wa Dondo a présenté son parcours ainsi que celui de tous les Sénateurs comme un chemin mêlé de tout à la fois. Ce, dans la mesure où il y a eu des décès, abandons, réussites, des défis à relever, des maladies et toutes sortes de contradiction possible. Pour renchérir les thèses évoquées, le Président de la Chambre Haute a dû donner des chiffres… ‘’Il s’agit de 30 abandons des Sénateurs pour s’adonner à d’autres priorités, de 21 cas de décès enregistrés et 10 sièges libres. Ce qui fait que cette fois-ci, la législature a tourné avec 80 sièges occupés‘’.
Plusieurs lois, dit-il, ont été examinés et nombreuses d’entre elles ont été adoptées. Sur cette liste sont mentionnées les lois allant dans les domaines de sécurité, du social, de l’économie, de la gestion même de la Res publica. Concrètement, annonce Kengo Léon, et à titre exemplatif, les lois ayant arraché le satisfecit des honorables sont : la loi portant organisation et fonctionnement de la Cour Constitutionnelle, la loi relative aux statuts des partis politiques, la loi sur le fonctionnement de la CENI, CNSA et CSAC, soit les Institutions d’appui à la démocratie, la loi sur la réforme du code de la famille, la sécurité sociale et le droit de l’enfant, la loi sur la décentralisation ainsi que le découpage du territoire…
Bilan
Comme dans leurs attributions, ces mandataires ont convoqués des sessions d’explication, de mise en garde, de proposition et des motions durant leur gestion. Selon le Président, sous sa direction, le sénat a initié 110 enquêtes et est arrivé à la formulation de 400 recommandations à diverses autorités gouvernementales et 700 résolutions ayant servi à l’accord de la Saint Sylvestre.
Toutefois, s’il faudrait compter, en termes numérique, que les ex-locataires de la Chambre Haute se sont réunis 24 fois en session ordinaire, 17 fois en session extraordinaire, ont eu 5 séances pour des sessions académiques et 20 congrès.
Acquis
Il n’a peut-être pas été possible de mettre la patte dans tous les problèmes et y trouver des solutions. Néanmoins, des avancés visibles ont été constatées. A en croire Léon Kengo, c’est sous sa direction que la dollarisation et la bancarisation des frais des Sénateurs ont été proposées et adoptées. ‘’Ceux qui autrefois se promenaient avec des paquets de monnaie dans des sachets, avec toute l’insécurité possible, ont pu, depuis, se sentir beaucoup plus sécurisé qu’avant‘’, a-t-il indiqué. En outre, le Sénat a souscrit pour l’achat des voitures pour les parlementaires.
Tout compte fait, il n’est jamais possible de tout faire, dit-il, la législature d’une nation est un travail administratif qui ne s’arrête jamais. ‘’Nous sommes sûrs qu’après viendrons d’autres personnes. Cela étant, nous souhaitons bonne chance aux candidats, bonne chance à ceux qui seront reconduis en ce lieu pour de nouveau faire avancer la nation. Mes vœux les meilleurs et bonne fête à tous. La séance est levée…‘’ Libre à chacun d’imaginer l’attitude de l’auditoire à l’entente de ces mots de la fin et l’expression de chacun. Mais, une chose est certaine, la session de Septembre 2018 a été bel et bien close.

Gracia Kindji

Les plus lus