Dernières publications

En ce mois de janvier finissant, la Haute Direction, cadres, membres et sympathisants de la Dynamique pour la Démocratie au Congo, DDC, parti politique cher à Ingele Ifoto, se sont retrouvés hier, dimanche 26 janvier 2020, à l’Espace KAGE, dans la commune de Limete, pour la traditionnelle cérémonie d’échange de vœux.

Plusieurs invités dont les leaders d’autres formations politiques ainsi que quelques membres du Gouvernement, Députés et Sénateurs étaient de la partie. Rappelant brièvement l’histoire de son parti, lors de son mot de circonstance, l’Honorable Ingele Ifoto, Autorité Morale de cette formation politique, a indiqué que la DDC a été enregistré au Ministère de l’Intérieur le 2 mars 2011. Ainsi, jour pour jour, il va totaliser 9 ans d’existence le mois qui suit. Au regard des textes le régissant, la première décennie de la DCC sera célébrée avec l’organisation de son 1er Congrès, a précisé l’Honorable Ingele. Mais avant cela, a-t-il poursuivi, ‘‘le Bureau politique de notre Parti faisant fonction du congrès va être convoqué en session extraordinaire aux fins de se pencher essentiellement sur la révision de quelques articles des textes nous régissant, et ainsi arrêter des mesures visant la redynamisation de notre Parti. Comme vous le savez, une Commission préparatoire du bureau politique a été instituée par le Président ad-intérim et Secrétaire Général du Parti, et cette commission a déjà terminé son travail dont le rapport nous a été formellement transmis’’.
Abordant les questions d’actualité, plus particulièrement les propos tenus par le Président de la République lors de son dernier séjour à Londres, lesquels ont suscité avis et commentaires divers pour n’est pas dire contradictoires, deux thématiques, a dit Ingele Jean-Marie, ont retenu l’attention de la DDC.

Premièrement, à la question de la nationalité congolaise, la DDC pense que le monde étant devenu un village planétaire, cette question n’est plus liée seulement au sang et au sol. La détention ou l’acquisition d’une nationalité est devenue essentiellement une question juridique.
Ainsi donc, pour la DDC, est congolais ou congolaise, celui ou celle qui remplit les conditions quant à ce.
Deuxièmement, pour ce qui concerne la dissolution de l’Assemblée Nationale par le Président de la République et la mise en accusation du Président de République par l’Assemblée Nationale, la DDC rappelle à l’opinion que ces deux possibilités sont constitutionnelles. La dissolution, précise l’orateur, intervient lors d’une crise persistante entre le Gouvernement et l’Assemblée Nationale, tandis que la mise en accusation du Président de la République par l’Assemblée Nationale intervient lors d’une violation intentionnelle de la constitution par le Président de la République. ‘‘A la DDC, pour le moment, nous nous réjouissons de constater qu’aucune condition de fond n’a été rencontrée contre l’une ou l’autre institution’’, martèle l’Autorité Morale de la DDC.

De ce qui précède, la DDC appelle à l’apaisement, ‘‘car la coalition actuelle FCC-CACH demeure à nos yeux, dans la situation politique actuelle de notre pays, la solution idoine pour la stabilité de nos institutions’’.

La Pros.

 

MOT DE L’AUTORITE DE LA DYNAMIQUE POUR LA DEMOCRATIE AU CONGO (DDC), A L’OCCASION DE L’ECHANGE DES VŒUX 2020 AVEC LES CADRES DU PARTI
- Honorables Députés et Sénateurs ;
- Excellences Mesdames et Messieurs membres du Gouvernement ;
- Mesdames et messieurs responsables des partis politiques frères ;
- Très chers cadres, des structures nationales et provinciales de la Dynamique pour la Démocratie au Congo, DDC en sigle ;
- Distingués invités, à vos titres et qualités respectifs.
Je voudrais de prime à bord glorifier le Dieu tout puissant, l’Eternel des armées, qui nous a permis de franchir l’année 2019 qui venait de s’achever pour l’an 2020, tout en gardant une pensée pieuse pour tous ceux qui nous ont quittés.
C’est aussi pour moi, un insigne honneur de vous savoir nombreux, dans ce beau cadre de l’Espace KAGE et je voudrais par cette occasion, saluer la présence de tout un chacun qui s’est donné la peine de répondre positivement à notre invitation, malgré vos multiples occupations.
Très chers compatriotes,
Mesdames et messieurs
Enregistré au Ministère de l’Intérieur le 02 mars 2011, la DDC notre Parti politique, jour pour jour, va totaliser 9 ans d’existence le mois qui suit. Au regard des textes régissant notre Formation politique, la première décennie de notre Parti sera célébrée avec l’organisation de son 1er Congrès. Mais avant cela, le bureau politique de notre Parti faisant fonction du congrès va être convoqué en session extraordinaire aux fins de se pencher essentiellement sur la révision de quelques articles des textes nous régissant, et ainsi arrêter des mesures visant la redynamisation de notre Parti. Comme vous le savez, une Commission préparatoire du bureau politique a été instituée par le Président ad-intérim et Secrétaire Général du Parti, et cette commission a déjà terminé son travail dont le rapport nous a été formellement transmis.
Très chers compatriotes ;
59 ans passés, Patrice Emery Lumumba disait ; « L’histoire de la République Démocratique du Congo sera écrite par les congolais eux-mêmes… ». Cette pensée s’est vu matérialiser par la détermination de nos différents animateurs qui se sont vu succédés au sommet de l’Etat, où chacun a joué sa partition, avec son propre crédo, mais poursuivant les mêmes objectifs, à savoir : l’Unité du pays, la cohésion nationale, le patriotisme, la liberté, le développement du pays…
Très chers compatriotes ;
Au lendemain de l’accession du Pays à la souveraineté nationale, Patrice Emery LUMUMBA, alors premier Ministre et ses compagnons se sont levé comme un seul homme contre toute forme de balkanisation de notre Pays, et cela au prix du sacrifice suprême.
Feu Président MOBUTU, maréchal du Zaïre s’est battu bec et ongle pour que le Congo, Zaïre à l’époque reste un et indivisible. D’aucuns n’ignorent qu’il se disait être prêt de négocier même avec le diable, pour l’unité du pays.
Mzee Laurent Désiré KABILA nous a appris à nous prendre en charge, afin de faire face à tous les ennemis de la République.
Le Président de la République honoraire et Sénateur à vie, Joseph KABILA KABANGE a fait sien ce combat ; il s’est battu et nous a légué un Congo uni, dans ses frontières issues de la colonisation, après que celui-ci ait connu des fractures avant son accession à la magistrature suprême.
Enfin, le Président de la République Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, animé de la même détermination, a déclaré qu’aucun centimètre du périmètre du sol congolais ne sera pris ni cédé à quiconque le voudra durant son mandat au sommet de l’Etat.
Honorables députés et sénateurs,
Excellences Mesdames et Messieurs membres du Gouvernement,
Très chers compatriotes ;
Face à une telle détermination des uns et des autres, la DDC, notre Parti politique, joint sa voix à celle de tous les dignes fils du pays cités ci-haut, et d’autres non cités pour dire à haute et intelligible voix non à la balkanisation de notre cher et beau pays.
Pour ce faire, la DCC salue la bravoure et la prouesse dont font montre, en ces jours, nos vaillants Soldats lors des opérations de traque contre les Forces négatives qui écument la partie Est de la République. La DDC se réjouit de la récupération, entre autres, des villages de MADINA et la HAYE, jadis bastions des ennemis de la paix et encourage nos forces armées d’aller toujours de l’avant.
La DDC exhorte la population congolaise, en général, et celle de la partie Est de la République en particulier, de coopérer avec nos forces armées et nos services de sécurité, afin de mettre hors d’état de nuire tous ces criminels qui sèment la mort et la désolation dans cette partie de la République.
Mesdames et messieurs, ici nous nous faisons le devoir de saluer la mémoire de tous ceux qui sont tombés arme à la main pour cette cause juste.
Honorables députés et sénateurs,
Excellences Mesdames et Messieurs membres du Gouvernement,
Très chers compatriotes ;
S’agissant de la coalition FCC-CACH, la DDC entant que Parti membre du Front Commun pour le Congo, rend un vibrant hommage à leurs Excellences le Président de la République honoraire Joseph KABILA KABANGE et le Président de la république Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO qui ont accepté de braver les caprices et soubresauts, et de travailler ensemble pour l’intérêt du peuple CONGOLAIS.
Mesdames et messieurs ;
L’an 2019 qui vient de s’achever restera gravé, à jamais, dans la mémoire du peuple Congolais, car c’est fut une année des grands défis, une année où le peuple congolais a vécu pour la première fois la passation pacifique et civilisée du pouvoir, plusieurs décennies après l’accession du pays à l’indépendance. Une année où le peuple congolais expérimente pour la première fois de son histoire la présence du Président de la république sortant, habitant le sol congolais et du Président de la République entrant. Une année où les politiques congolais se sont dépassé pour l’intérêt supérieur du pays, et ont opté pour la Coalition comme mode de gestion du pays en lieu et place de la cohabitation, tel que prévu par la constitution.
Mesdames et messieurs, l’honnêteté intellectuelle oblige de reconnaitre que ce gouvernement de coalition était rendu possible par la volonté manifeste d’un homme, nous citons Joseph KABILA KABANGE qui s’est mis aux antipodes des velléités de la révision constitutionnelle observées dans le chef des certains dirigeants africains, dans le seul et l’unique but de se maintenir au pouvoir.
Très chers compatriotes ;
Mesdames et Messieurs ;
Pour ce qui concerne la révision ou non de la Constitution ;
La DDC, notre formation politique, pense que depuis le 16 février 2006 jusqu’à nos jours, soit 14 ans de vie de notre Constitution, le peuple jouit d’une certaine maturité de se décider en toute responsabilité sur la révision ou non de certains articles de la Constitution, pour assurer le bon fonctionnement des Institutions.
Sur ce, Mesdames et Messieurs, nous à la DDC, nous pensons que les questions liées au mode de scrutin présidentiel, sénatorial, scrutin des gouverneurs, des maires, des bourgmestres, des chefs des secteurs et chefferies mais aussi la question liée à la nationalité congolaise doivent faire l’objet des réformes conséquentes, après naturellement un débat citoyen et républicain.
Honorables Députés et Sénateurs,
Excellences Mesdames et Messieurs membres du Gouvernement,
Très chers compatriotes ;
Dans la même lancée, la DDC sollicite une évaluation de toutes les institutions d’appui à la démocratie, dont la Ceni pour mesurer correctement leur impact sur la bonne marche de la République.
Cette évaluation concerne aussi les dernières réformes relatives à la transformation des entreprises et établissements publics.
La DDC salue la gratuité de l’enseignement fondamental telle que menée courageusement par le Gouvernement de la République, cependant, il éché de recommander la prise en compte de tous les objectifs poursuivis en termes quantitatifs et qualitatifs.
Si nous avons salué la mesure de la gratuité de l’enseignement fondamental, nous déplorons cependant, la situation qui prévaut dans les institutions d’enseignement supérieur et universitaire. Le système de notre enseignement supérieur et universitaire est malade, très malade même. Il faut lui appliquer dès maintenant une thérapie de choc, sans attendre, car il va de l’avenir de notre pays, de notre nation.
D’où, la question que nous nous posons et voudrions poser à tout le monde : Pour la République Démocratique du Congo, faut-il une Université de masse ou une Université d’élite ?
Très chers compatriotes,
Mesdames et Messieurs ;
Concernant les propos tenus par le Président de la République lors de son dernier séjour à Londres, lesquels ont suscité avis et commentaires divers pour n’est pas dire contradictoires, deux thématiques ont retenu l’attention de notre parti, la DDC :
Premièrement, à la question de la nationalité congolaise, la DDC pense que le monde étant devenu un village planétaire, cette question n’est plus liée seulement au sang et au sol. La détention ou l’acquisition d’une nationalité est devenue essentiellement une question juridique.
Ainsi donc, est congolais ou congolaise, celui ou celle qui remplit les conditions quant à ce :
Deuxièmement, pour ce qui concerne la dissolution de l’Assemblée Nationale par le Président de la République et la mise en accusation du Président de République par l’Assemblée Nationale, la DDC rappelle à l’opinion que ces deux possibilités sont constitutionnelles. La dissolution intervient lors d’une crise persistante entre le Gouvernement et l’Assemblée Nationale, tandis que la mise en accusation du Président de la République par l’Assemblée Nationale intervient lors d’une violation intentionnelle de la constitution par le Président de la République.
A la DDC, pour le moment nous nous réjouissons de constater qu’aucune condition de fond n’a été rencontrée contre l’une ou l’autre institution.
Mesdames et Messieurs, au nom de la stabilité de nos institutions, de grâce, aucune de ces deux initiatives évoquées ne peut envisagée moins encore tentée. Le faire, c’est créer consciemment ou inconsciemment une crise artificielle, c’est-à-dire, préparer le lit à la balkanisation qu’on suppose naturellement combattre.
La DDC appelle à l’apaisement, car la coalition actuelle FCC-CACH demeure à nos yeux, dans la situation politique actuelle de notre pays, la solution idoine pour la stabilité de nos institutions. Mesdames et Messieurs, la stabilité de nos institutions est le socle sur lequel nous allons bâtir la paix et le développement durable pour notre pays.
C’est pourquoi entre le pour et le contre, la DDC a choisi le sérieux.
- Honorables Députés et Sénateurs ;
- Excellences Mesdames et Messieurs membre du Gouvernement ;
- Mesdames et Messieurs Responsables des partis politiques frères ;
- Très chers cadres des structures nationales et provinciales de la Dynamique pour la Démocratie au Congo, DDC en sigle ;
- Distingués invités, à vos titres et qualités respectifs.
En mon nom propre, au nom de mon Parti politique la DDC, ainsi qu’au nom de tous nos membres, nous vous souhaitons une excellente année 2020, laisse que cette année soit porteuse de développement, de prospérité, de paix, d’unité et de cohésion nationale.
Que Dieu vous bénisse la République Démocratique du Congo et son peuple.
Je vous remercie.
Hon. Jean-Marie INGELE IFOTO
Autorité Morale du Parti

Les plus lus